Ligue 1 : So long Sochaux !

  • A
  • A
Ligue 1 : So long Sochaux !
@ Maxppp
Partagez sur :

RELÉGATION - Le FC Sochaux quitte la Ligue 1. Un drame sportif, mais aussi humain pour une région attachée à ce club historique.

Sochaux, nouvelle victime du déclin des clubs historiques. Dans son marathon, Sochaux s’est écroulé à quelques mètres seulement de la ligne d’arrivée. Parti lentement, beaucoup trop lentement (11 points avant la trêve hivernale), les Doubistes se sont lancés à corps perdu dans le sprint final, en enchaînant sept matchs sans défaite. Malheureusement, les joueurs d’Hervé Renard ont flanché au plus mauvais moment. La défaite de ce samedi face à Evian (0-3) précipite la chute d’un monument du football français, et tourne un peu plus la page des clubs "historiques" français, pour beaucoup relégués dans les divisions inférieures. Le Havre, Sète, Red Star, FC Rouen, autant de formations avec un passé, désormais dépassées par des clubs plus jeunes, à la structure différente (l’Olympique Lyonnais a été créé en 1950, le PSG en 1970, Evian-Thonon Gaillard, fossoyeur des espoirs de maintien sochaliens, est né en 2003).

Wass

Le FCSM, un monument en voie de muséification. "Toute construction, de l’immeuble à la cathédrale, doit être bâtie sur de solides fondations", disait Jacques Thouzery, président du club franc-comtois dans les années 80.  L’édifice du FCSM semblait inébranlable après 66 saisons dans l’élite, record en cours. Il risque désormais de devenir un musée, une vitrine sinistrée d’un glorieux passé. Un passé qui a vu Jean-Pierre Peugeot  créer le club en 1928. En proposant un emploi dans ses usines avec des horaires aménagés, il recrute les meilleurs joueurs, comme Etienne Mattler, aujourd’hui encore le plus capé des sochaliens. La "Peuge" professionnalise le club, mais aussi le football français tout entier. Deux ans plus tard, "Monsieur Jean-Pierre" crée la Coupe Peugeot, prémices du championnat de France professionnel lancé en 1932. "Mon grand-père avait compris qu’elle était la force de ce merveilleux sport et estimé qu’un club de football de haut niveau pourrait être un formidable outil social pour les populations vivant autour de l’usine de Sochaux", note Eric Peugeot dans la préface du livre FC Sochaux Montbéliard.

Supporters

Centre de formation modèle. A l’époque, Sochaux tient le rôle du PSG actuel : les meilleurs joueurs rejoignent le club qui emporte deux titres en 1935 et 1938. C’est seulement après la guerre que le FCSM devient un club formateur. Contraint et forcé par les difficultés financières de Peugeot, la formation s’inscrit dans l’ADN sochalienne. A tel point qu’aujourd’hui, le centre pour jeunes a été classé numéro un en France en 2012 et deuxième en 2013. Quant aux noms des joueurs passés par l’école des jaunes et bleus, ils sont évocateurs : Marvin Martin, Ryad Boudebouz pour les plus récents, mais aussi Joël Bats, Bernard Genghini, Franck Sauzée, Benoît Pedretti ou encore Jérémy Menez.

Des yuans pour mieux repartir ? Si cette politique a porté ses fruits par le passé, aujourd'hui, elle montre ses limites. Transférés de plus en plus jeunes, les joueurs partent de Sochaux. Pas les supporters. Même si le club a flirté avec la relégation lors des quatre dernières saisons, même si la ville ne compte que 4.000 habitants (plus 27.000 à Montbéliard), le stade affiche une moyenne honorable de 14.000 spectateurs cette saison. Chez les supporters, l’espoir de jours meilleurs vient encore de Peugeot. Dongfeng entré au capital de la marque française, le FC Sochaux peut pourquoi pas espérer que l’entreprise chinoise investisse. Et fasse ainsi entrer le club de plain-pied dans le football mondialisé. En attendant, la Ligue 1 ne verra pas tout de suite la 67eme saison des lionceaux. So long Sochaux.

sujet_scalewidth_460

LE BILAN - Le point sur le classement après la 38eme journée