Foot : vers une Ligue 2 à 21 clubs ?

  • A
  • A
Foot : vers une Ligue 2 à 21 clubs ?
Les joueurs de Luzenac évolueront-ils en Ligue 2 en août ? Leur président est confiant.@ Maxppp
Partagez sur :

PREMIÈRE - Luzenac devrait recevoir un avis favorable de la part du CNOSF pour accéder à la L2.

Le club ariégeois de Luzenac, qui s'est vu refuser à deux reprises l'accession en Ligue 2 par la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), est confiant sur l'avis que doit rendre le Comité olympique français (CNOSF). "Le conciliateur du CNOSF a été très clair en fin de rendez-vous, qui a duré une heure et demie", a expliqué vendredi à Europe 1 le président du club, Jérôme Ducros. "Après avoir étudié l'état financier du LAP (Luzenac Arière Pyrénées), qui a vu ses compteurs remis à zéro, et en voulant privilégier le sportif de toute façon, on nous a annoncé que le courrier officiel que nous recevrons serait en faveur du LAP pour la réintégration en Ligue 2."

Le tribunal administratif en prochain recours ? L'avis du CNOSF, appelé en conciliation, est consultatif, et Luzenac devra encore attendre la réponse des instances dirigeantes du football. Mais Jérôme Ducros insiste : "en cas de recours déposé devant le tribunal administratif, dans 90% des cas, le tribunal suit l'avis du conciliateur".

Selon le dirigeant du LAP, qui était accompagné pour cette audition de Fabien Barthez, directeur général du club, et du président - ariégeois - du Sénat, Jean-Pierre Bel, on pourrait donc se diriger vers une Ligue 2 à 21 clubs, puisque la participation de Châteauroux, premier relégable en National à l'issue de la saison dernière, a été entérinée. "Il a été posé le question de savoir si Châteauroux était officiellement en Ligue 2", raconte encore Jérôme Ducros. "Il a répondu oui, donc le conciliateur leur (aux instances du football, ndlr) a demandé de préparer un groupe de 21 clubs." Bref, entre Lens, qui ne sait pas s'il reste, et Luzenac, qui n'est pas encore assuré d'arriver, la Ligue 2 est dans le flou.

>> LIRE AUSSI : Luzenac, le président ne veut pas en rester là