Domenech : "Henry, l'égal des plus grands"

  • A
  • A
Domenech : "Henry, l'égal des plus grands"
@ REUTERS
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE - L'ancien sélectionneur des Bleus Raymond Domenech revient sur la carrière de Thierry Henry.

Dans son dernier ouvrage Mon dico passionné du foot, l'ancien sélectionneur de l'équipe de France (2004-2010), Raymond Domenech, a couché cette fameuse phrase : "Thierry Henry a sacrifié son image (avec son contrôle de la main contre l'Irlande, ndlr) au profit de l'équipe de France alors que "Zizou" a sacrifié (d'un coup de tête face à l'Italie, ndlr) les chances de l'équipe de France au profit de son orgueil."

Loin d'être anodine, cette formule traduit le regret du technicien rhodanien. Selon lui, "Titi" a trop souffert de son geste face à l'Irlande et n'a pas eu la reconnaissance qu'il mérite, compte tenu notamment de sa longévité. "Il a participé à quatre Coupes du monde, il est dans les recordmen de l'épreuve. Ça n'a pas été une météorite dans le football, un jeune joueur qui a explosé", insiste Domenech. "Il a duré près de 20 ans, les chiffres sont saisissants. C'est sa longévité au plus haut niveau qui fait qu'il est l'égal des plus grands."

>> LIRE AUSSI : Thierry Henry annonce sa retraite et devient l'égal des plus grands

Henry avec Barthez (640x960)

© REUTERS

Pas de Ballon d'Or, "une injustice". Domenech a dirigé Henry à 59 reprises sous le maillot des Bleus, et notamment lors de sa dernière apparition, contre l'Afrique du Sud, lors de la Coupe du monde 2010. Mais plus que cette dernière compétition, l'ancien sélectionneur préfère se rappeler du parcours de l'ancien n°14 des Bleus, parsemé de 123 sélections et de 51 buts, un record sous le maillot tricolore.

"Il avait 20 ans quand il a été champion du monde", ne manque pas de rappeler Domenech. "Il lui a manqué un seul titre individuel et c'est une injustice : un Ballon d'Or ! En 2006, il était finaliste de la Ligue des champions avec Arsenal, il avait été meilleur buteur d'Arsenal, finaliste de la Coupe du monde et il n'a pas eu le Ballon d'Or. Il y a eu une anomalie ce jour-là (le trophée était revenu à l'Italien Fabio Cannavaro, sacré champion du monde avec l'Italie, ndlr). C'est la seule chose qui manque au palmarès de ce joueur, une réelle idole, un peu plus en Angleterre qu'en France. Il a une statue là-bas, érigée en 2011 ! Ils n'ont pas attendu qu'ils prennent sa retraite pour le consacrer comme un des grands joueurs de l'histoire d'Arsenal." C'est d'ailleurs outre-Manche que Henry a décidé d'entamer une nouvelle carrière de consultant.