Bianchi : "ce n'est pas le moment de baisser les bras"

  • A
  • A
Bianchi : "ce n'est pas le moment de baisser les bras"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Carole Sereni, neurologue à Paris, affirme que le rapatriement de Jules Bianchi en France est une bonne nouvelle.

Jules Bianchi est de retour parmi ses proches. Mercredi, le pilote de Formule 1 a été transféré du Japon vers le CHU de Nice, dans son Sud-Est natal. Le Français est sorti du coma artificiel, et peut désormais respirer sans assistance. Mais l'état de santé de Bianchi est toujours critique, et son "traitement entre désormais dans une nouvelle phase, consacrée à l'amélioration de ses fonctions cérébrales", selon un communiqué de sa famille. Pour Carole Serini, chef du service de neurologie à l'hôpital Léopold-Belland à Paris, le transfert du pilote en France est une bonne nouvelle.

Mise à jour le 18 juillet 2015 à 8h : Jules Bianchi est mort, annonce sa famille dans un communiqué. "Jules s'est battu jusqu'au bout, comme il l'a toujours fait, mais hier (vendredi 17 juillet ndlr), sa bataille a pris fin", est-il écrit dans un communiqué. "Nous ressentons une peine immense et indescriptible" a ajouté la famille. Jules Bianchi avait 25 ans.


"Une grande marche qui a été franchie". Un mois et demi après le terrible accident du Français sur le circuit de Suzuka, au Japon, "c'est une grande marche qui a été franchie", soutient le Dr Serini. "Il y a une mortalité importante dans les premiers temps d'un tel accident, entre 30 et 60%. On a déjà passé cette phase là. S'il a été transféré, c'est qu'il va mieux. Ce n'est pas du tout le moment de baisser les bras", affirme la neurologue.

"Avoir sa famille proche de soi, ça aide vraiment". Le retour de Jules Bianchi dans sa région natale est aussi une avancée importante. "Avoir sa famille proche de soi, ce n'est pas que psychologique. C'est neurologique. Quand on entend une voix familière, il y a beaucoup plus de chance que le cerveau réagisse. On l'a déjà vu sur des patients dans le coma. Donc ça aide vraiment, oui", constate le Dr Sereni.

"Encore du chemin". "On peut récupérer pendant un an après un traumatisme crânien sévère", explique le Dr Serini. "D'après ce qu'on dit, il commence à respirer spontanément, ce qui est le signe qu'une partie de son cerveau récupère, la partie qui s'occupe de la respiration. Alors maintenant, pour aller jusqu'à l'état de conscience, il y a encore du chemin", nuance toutefois la neurologue. S'il apparaît prématuré de se prononcer sur le devenir de Bianchi, on peut craindre ou supposer des lésions graves d'après les médecins.