Une Ligue des nations pour les grands et les petits

  • A
  • A
Une Ligue des nations pour les grands et les petits
@ REUTERS
Partagez sur :

PROJET - L'UEFA a officialisé jeudi le projet de Ligue des nations, qui remplacera les matches amicaux automnaux à l'horizon 2018.

La Ligue des nations de l'UEFA est sortie des cartons ! L'instance de régulation du football européen a officialisé jeudi la création à l'horizon 2018 d'une toute nouvelle compétition mettant aux prises les sélections du Vieux continent. Le but avoué : en finir avec les matches amicaux sans intérêt mais pas seulement. Il s'agit aussi de concerner l'ensemble des équipes européennes, grandes comme petites, à travers une compétition de prestige qui est aussi une fenêtre sur l'Euro. Explication.

Italie contre Croatie (1280x640)

© REUTERS

Une Ligue des nations pour les grands. Le président de l'UEFA, Michel Platini, qui a fait les grandes heures de l'équipe de France dans les années 1980, aime le football des nations. C'est pour le revitaliser tout au long de la saison - et pas seulement pendant les périodes de Coupe du monde ou d'Euro - que le dirigeant français a fait émerger cette compétition de Ligue des nations, officiellement appelée UEFA Nations League. Il s'agit d'occuper l'espace des matches amicaux de septembre à novembre les années paires pour aboutir à une phase finale les années impaires, celles qui ne comptent pas de Coupe du monde ou de Championnat d'Europe. "Lors de chaque année paire, il y a un vainqueur de la Coupe du Monde de la FIFA ou du Championnat d'Europe de l'UEFA. Maintenant, chaque année impaire, il y aura un vainqueur de l'UEFA Nations League", explique l'UEFA. "Le football, c'est la compétition, et désormais, tout comme dans le football de clubs, il y aura une équipe nationale championne à la fin de chaque saison."

Une finale à 4 les années impaires. Comment cela va-t-il se traduire pratiquement ? Les 54 fédérations qui ont accepté le principe de cette compétition lors du dernier congrès annuel de l'UEFA vont être réparties en quatre divisions. Les 13, 14, 15 ou 16 pays de chaque division - le découpage n'a pas encore été précisé - seront ensuite répartis en quatre groupes de 3 ou 4. La division, qu'on appellera A, regroupera les meilleures équipes européennes au classement UEFA. Si l'on devait faire une simulation avec le classement actuel et dans l'hypothèse d'une division A à 12 équipes, celle-ci comprendrait aujourd'hui : l'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, la France, le Portugal, l'Espagne, l'Italie, la Suisse, la Croatie, la Grèce, l'Ukraine et l'Angleterre.

Plutôt que de disputer des matches amicaux contre des sélections pittoresques, les pays européens seraient ainsi opposés à leurs semblables. Les quatre vainqueurs de groupes se retrouveraient ensuite au printemps suivant pour une finale à quatre sur le modèle de l'Euroligue de basket. Si le calendrier prévisionnel est respecté, le premier trophée de la Ligue des nations de l'UEFA pourrait ainsi être remis en juin 2019. Seul hic à ce système, il limiterait très fortement les possibilités d’affrontements avec les pays d'autres continents. La fréquence des France-Brésil par exemple (il y en a eu deux de programmés en moins de deux ans) en serait réduite et ces affiches entre deux continents différents seraient presque limitées aux confrontations en Coupe du monde ou Coupe des confédérations.

Gibraltar face à l'Allemagne (960x640)

© REUTERS

Une Ligue des nations pour les petits. Sans ajouter de dates au calendrier international saisonnier - les clubs, qui rémunèrent les joueurs, l'auraient vu d'un mauvais œil -, cette Ligue des nations va en revanche circonscrire le football des nations européens au seul Vieux Continent. Car les qualifications à l'Euro - et leurs affiches parfois un peu défraîchies et/ou déséquilibrées - resteraient bel et bien au programme, avec un règlement modifié à la marge pour faire de la place à... la Ligue des nations. En effet, si 20 pays (sur 24, les 1er et 2e des groupes de qualifications), décrocheront leur billet directement, les quatre derniers billets seront disputés lors de barrages, dessinés à partir des résultats de la Ligue des nations. Les quatre vainqueurs de chaque groupe de la division A s'affronteront sur ce même modèle de "Final Four", sur terrain neutre, ainsi que les quatre vainqueurs des divisions B, C et D. Et si les vainqueurs de groupes sont déjà qualifiés, on ira chercher les deuxièmes, troisièmes, etc., par ordre décroissant. Bon, c'est tout de suite un peu moins limpide...



Un billet pour l'Euro réservé. Mais il y a une chose à retenir : un billet pour l'Euro ira forcément à l'une des 16 sélections les plus faibles du Vieux continent. La volonté de l'UEFA est sensiblement la même que celle qui a prévalu au moment de la refonte de la Ligue des champions : concerner les fédérations les plus modestes, d'abord en les faisant jouer des matches (pas toujours faciles pour les petites nations d'organiser des rencontres amicales) avec une réelle chance de gagner contre des équipes de même valeur (Demandez donc à Gibraltar s'il est toujours formateur de prendre des fessées à chaque fois) puis en leur offrant une opportunité de participer à une grande phase finale. "Les équipes n'apprennent pas et ne progressent pas en perdant tout le temps", insiste l'UEFA. "Désormais, certaines équipes vont commencer à gagner." La Ligue des nations ou le gagnant-gagnant !