Une journaliste belge raconte le harcèlement des footballeurs

  • A
  • A
Une journaliste belge raconte le harcèlement des footballeurs
La journaliste belge Hilde Van Malderen a été victime de nombreux messages déplacés venant de joueurs, entraîneurs et même arbitres de football, ces dernières années.@ Capture d'écran YouTube
Partagez sur :

CHAUD - Dans un livre à paraître, Hilde Van Malderen a révélé les SMS reçus ou envoyés par des joueurs, des entraîneurs et même des arbitres.

L’INFO. “Es-tu chaude ?”, “Viens-tu dormir chez moi ce soir ?”... Voici le type de SMS qu’affirme avoir reçu Hilde Van Malderen, une journaliste belge, depuis qu’elle officie sur les terrains de football pour la télévision belge. La jeune femme raconte, dans un livre à paraître, le harcèlement dont elle fait l’objet dans le milieu footballistique, venant de joueurs, d’entraîneurs et même de certains arbitres. Morceaux choisis.

>> LIRE AUSSI - Main aux fesses d'une policière : neuf mois ferme

“Mardi, nous deux dans les toilettes de l’aéroport”. Voilà quelques uns des messages déplacés qu’elle a reçue : “J’espère qu’on pourra se revoir en dehors du football. N’as-tu pas envie d’apprendre à connaître l’homme derrière le joueur ?”, ou encore “Je ne peux pas m’empêcher de rêver de toi.” Mais d’autres sont particulièrement crus : “Sais-tu que j’aime boire du champagne ? J’aimerais en verser sur ton corps et le lécher partout”, aurait confié l’un d’eux. “Tu sais ce qu’on dit souvent ici ? Que tu sens le sexe”, aurait-elle encore reçu. Elle aurait même reçu un SMS accompagné d’une photo d’un sexe en érection de la part d’un confrère, avec le message suivant : “Voilà à quel point je suis fou de toi”.

>> LIRE AUSSI - Une ado de 13 ans a peut-être trouvé une parade au cyber-harcèlement

“Leurs partenaires ne veulent pas savoir”. À en croire les révélations d’Hilde Van Malderen, si les footballeurs n’ont pas froid aux yeux, c’est aussi pour passer le temps : “Je peux vous assurer que le taux de testostérone d’un joueur moyen est très élevé. Les footballeurs sont riches, connus et ont beaucoup, beaucoup de temps libre. Leurs partenaires ne savent rien. Ou bien elles ne veulent pas savoir”, raconte la journaliste dans des extraits publiés par les quotidiens belges La Dernière Heure et Het Laatste Nieuws.