Un derby lorrain sous surveillance

  • A
  • A
Un derby lorrain sous surveillance
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 2 - Les retrouvailles entre Metz et Nancy sont programmées mardi soir, à Saint-Symphorien.

Cinq ans qu'ils attendent ça. Depuis 2008, les supporters messins et nancéiens n'ont pas eu le loisir de voir leurs deux équipes s'affronter en championnat. Alors, forcément, les forces de l'ordre les attendent aussi. Quelque 150 policiers et cinq compagnies de CRS seront présents aux abords du stade Saint-Symphorien, qui affiche complet (24.000 personnes) pour ce derby lorrain entre le promu messin (6e) et l'ASNL, relégué de Ligue 1 (actuellement 11e). "On sait qu'il y a un antagonisme important entre le FC Metz et l'AS Nancy-Lorraine", a indiqué un porte-parole de la direction départementale de la sécurité publique de la Moselle. "Certains ont envie d'en découdre, notre rôle est donc de mettre en œuvre les moyens pour faire échec à ça, sans gêner les riverains."

180 stadiers au lieu de 70

Le nombre de stadiers, généralement autour de 70, sera porté à 180. "Nous avons placé un double "barriérage" autour de la tribune des visiteurs (les supporters nancéiens seront 1.200 ndlr), et des caméras supplémentaires nouvelle génération ont été placées", a expliqué le responsable sécurité du FC Metz, Jean-François Girard. "Les gens attendent ça avec impatience, nous faisons tout pour que ça se passe dans de bonnes conditions." Évidemment, la seule rivalité régionale ne peut expliquer les précautions prises par le club et les autorités sportives. Il y a plusieurs antécédents récents qui font craindre le pire.

En 2009, alors que les deux clubs n'évoluaient déjà plus dans la même division, une cinquantaine d'ultras nancéiens, munis de barres de fer, de battes de base-ball et de cutters, avaient fait irruption à un barbecue organisé par leurs rivaux messins qui invitaient un groupe ami du Havre. Deux d'entre eux avaient été condamnés à des peines d'emprisonnement ferme pour ces faits. Le match retour est fixé au 28 février 2014, au stade Marcel-Picot de Nancy. Et il sera sans douté entouré des mêmes précautions.