Sakho : "Marseille, c'est des enc..."

  • A
  • A
Sakho : "Marseille, c'est des enc..."
@ Capture d'écran Youtube
Partagez sur :

VIDEO - Le défenseur parisien s'est laissé aller lors de la célébration du titre de champion.

Avant les incidents qui ont écourté la célébration du titre de champion, lundi soir, au Trocadéro, les joueurs parisiens ont pu quand même communier un minimum avec leurs supporters. Déjà très en forme au stade Gerland, dimanche soir, Mamadou Sakho a lancé un chant avec les fans présents lors du départ du bus à impériale du Parc des Princes : "nous, nous sommes les Parisiens. Et c'est notre plus grande fierté. Marseille, c'est des enc... Et c'est leur meilleure qualité." Puis l'ancien capitaine a battu la mesure au son de "Marseille, Marseille, on t'enc...".

Sakho entame un chant anti-marseillais :

Mamadou Sakho (930x620)

© MAXPPP

Mardi, Sakho a battu en retraite sur son compte Facebook. "On me reproche d'avoir harangué les supporters de chants anti-marseillais", explique le défenseur parisien. "Je voudrais remettre les choses dans leur contexte, nous étions sur le bus des célébrations et tous les supporters entonnaient des chants à notre passage. Enfant de Paris, j'ai spontanément repris un refrain avec eux. En aucun cas, cela a été fait pour attiser la haine mais bien sur le ton de la plaisanterie et dans un esprit de communion avec les supporters ! J'admets que c'est une erreur et je tiens vraiment à m'en excuser. C'est important d'être exemplaire sur et en dehors des terrains. Je n'ai jamais pensé un instant manquer de respect même si je peux comprendre que dans ce contexte médiatique, cela peut heurter la sensibilité des supporters et des joueurs marseillais."

Dans les colonnes du Parisien, l'international tricolore (13 sélections) a de nouveau battu sa coulpe : "ce n’est pas bien du tout. J’ai été pris dans l’euphorie de la fête et j’ai fait n’importe quoi. Je tiens sincèrement à présenter mes excuses à tous les supporteurs marseillais qui se sont sentis offensés par ces propos. Et j’en profite pour féliciter l’OM pour sa très belle deuxième place en championnat."

Des antécédents les deux dernières années

L'euphorie de la victoire, c'est également l'explication qu'avait donnée l'an dernier les joueurs de l'OL pour expliquer leur chant anti-stéphanois au balcon de l'hôtel de ville après le succès en Coupe de France face à Quevilly (1-0). "Emmenez-moi à Geoffroy-Guichard, emmenez-moi au pays des bâtards. Il me semble que la misère serait de supporter les Verts", avaient repris en choeur Alexandre Lacazette, Jimmy Briand, Samuel Umiti, Gueïda Fofana ou encore Maxime Gonalons, des joueurs pour la plupart formés au club comme l'a été Sakho au PSG.

Les Lyonnais craquent à l'hôtel de ville :

A chaque année sa polémique puisqu'il y a deux ans, c'est le défenseur marseillais Taye Taiwo qui avait été pris le micro à la main en train de chanter "les Marseillais montent à Paris pour enc... le PSG" à l'issue de la finale de la Coupe de la Ligue remportée par le club phocéen aux dépens de Montpellier au Stade de France (1-0).

Taiwo fait le "spectacle" au Stade de France :

La réaction du Conseil national de l'éthique (CNE) n'a pas tardé. "'Selon toute vraisemblance, Mamadou Sakho devrait être convoqué par le CNE la semaine du 3 juin", a indiqué Laurent Davenas, le président de l'instance, à RMC Sport. Taiwo avait été condamné à un match de suspension ferme et deux avec sursis par le CNE, quand les Lyonnais avaient seulement écopé d'une rencontre avec sursis et de 50.000 euros d'amende. Compte tenu de ces précédents, Sakho ne devrait pas, lui non plus, échapper à une sanction.