Sakho, le drôle de tempo

  • A
  • A
Sakho, le drôle de tempo
@ MAXPPP
Partagez sur :

FOOT - L'ancien défenseur du PSG a rejoint Liverpool, qui accueille Manchester United mercredi soir.

Sakho au Parc (930x620)

© MAXPPP

"L'histoire n'est pas finie." C'est par cette phrase étonnante que Mamadou Sakho a achevé son discours d'adieu, dimanche soir, au Parc des Princes, peu avant l'affiche entre le PSG et Monaco (1-1). L'international tricolore envisagerait-il déjà un retour dans son club formateur, lui qui a rejoint Liverpool il y a à peine trois semaines ? Sans doute pas : il y avait surtout l'envie chez lui de témoigner son affection à des supporters qui ont scandé son nom, non seulement pendant son petit discours, mais également lors de la réception de Guingamp, en championnat, trois semaines plus tôt. Le départ de Sakho, après le prêt de Clément Chantôme, marque la fin d'une époque au PSG, celle où des joueurs formés au club pouvaient disposer d'un temps de jeu conséquent.

Sakho face à Shelvey (930x720)

© REUTERS

Si l'histoire de Sakho avec le PSG n'est pas "finie", celle avec Liverpool débute à peine. Le défenseur  tricolore a fait ses débuts sous le maillot des Reds le 16 septembre, à Swansea (2-2). Aligné en défense centrale aux côtés du Slovaque Martin Skrtel, Sakho a fait valoir ses qualités d'anticipation et sa force dans les duels mais il a aussi manqué plusieurs interventions et s'est fait déborder par Jonjo Shelvey sur l'ouverture du score du club gallois (photo). Une performance honorable, donc, mais pas assez tranchante pour remettre en cause le statut de titulaire du Danois Daniel Agger. De fait, pour la réception de Southampton, samedi après-midi, le coach de Liverpool, Brendan Rogers, avait décidé de titulariser Sakho sur le côté gauche de la défense. Difficile de se passer d'un joueur qui a coûté 19 millions d'euros...

Et pendant ce temps-là, Thiago Silva se blesse...

Problème : le leader de Premier League s'est incliné 1-0 face aux Saints et la performance de Sakho a laissé sceptiques les supporters de Liverpool. Ses adieux au Parc, dimanche, ont ajouté au trouble, alors que certains journalistes britanniques n'ont pas hésité à critiquer son discours, jugé déplacé. "Il aurait dû faire ses adieux quand il est parti et pas après avoir passé près d'un mois avec nous", regrette également un supporter des Reds sur le site officiel du club. "Mais je suis content qu'il respecte son club d'enfance." Etrange ironie du sort, son "club d'enfance" a perdu dimanche soir pour six semaines son capitaine Thiago Silva. En l'absence de l'inamovible défenseur de la Seleçao, Sakho avait une chance en or de disputer quelques gros matches avec le PSG, contre Benfica en Ligue des champions mardi prochain, ou encore à Marseille, le dimanche 6 octobre prochain. Ses principaux "rivaux" pour le poste, les Brésiliens Marquinhos et Alex, ou encore Zoumana Camara n'apportent pas plus de garanties que lui.

En faisant le choix de quitter le PSG, Sakho espérait obtenir un temps de jeu plus conséquent en vue de la Coupe du monde au Brésil (à condition que la France s'y qualifie bien sûr...), ce qui ne paraît pas aujourd'hui garanti du côté d'Anfield. La paire Skrtel-Agger a déjà fait ses preuves et Rogers aime aussi utiliser Kolo Touré dans l'axe. Et, le même jour que Sakho, Liverpool a également acquis le jeune et prometteur défenseur central portugais né à Londres, Tiago Ilori, pour plus de 8 millions d'euros. Agger incertain, Sakho devrait être titulaire dans l'axe de la défense, mercredi soir face à Manchester United, en League Cup. Mais, cette saison, rien ne sera simple pour Sakho, qui va devoir lutter pour écrire sa propre histoire avec Liverpool...