Rouve, le monument de Sète

  • A
  • A
Rouve, le monument de Sète
@ MAXPPP
Partagez sur :

COUPE DE FRANCE - Christophe Rouve, 43 ans, est le capitaine du FC Sète, qui affronte Jura Sud.

Christophe Rouve (930x620)
Manchester United a Ryan Giggs, l'AS Rome a Francesco Totti et le FC Sète a Christophe Rouve. A l'exception d'un court passage d'une saison par le club voisin de l'AS Frontignan AC, en 1999, le capitaine actuel des "Dauphins", comme on surnomme l'équipe héraultaise, a toujours évolué dans son club de cœur, aujourd'hui pensionnaire du CFA 2, le deuxième niveau du championnat de France amateur, le 5e échelon du foot hexagonal. Et, en équipe première, cela dure maintenant depuis... un quart de siècle !

Mardi, en seizièmes de finale de Coupe de France, l'attaquant devenu milieu de terrain au fil des ans, va une fois de plus porter le brassard contre le club de Jura Sud (CFA) dans l'un des deux seuls chocs "100% amateurs" de ce tour. A l'âge de 43 ans !

"J'ai toute ma vie, ici"

"C'est vrai que, peut-être, je suis passé à côté d'une carrière", reconnaît au micro d'Europe 1 celui qui, un temps, fut troisième meilleur buteur du National, le championnat de troisième division (14 buts en 2004-05). "Après, j'ai toute ma vie, ici. Je travaille à la mairie, j'ai tout mon équilibre ici, donc je ne regrette pas." A Sète, Christophe Rouve, buteur lors de la victoire en 32es de finale contre Carquefou (2-0), est une vrai légende et un modèle pour ses coéquipiers, à l'instar du milieu de terrain Floris Isola. Fut un temps, Christophe Rouve a joué avec... le père de ce jeune homme de 22 ans. "Mon père me raconte qu'il jouait avec lui", sourit Floris Isola. "Peut-être que moi, je vais finir ma carrière et que lui sera encore sur le terrain, c'est possible."

Christophe Rouve, qui a presque tout connu sous le maillot vert (Ligue 2 en 2005-06, rétrogradation administrative en DH en 2009), n'a pas seulement joué avec les pères de certains coéquipiers : il a aussi croisé la route de légendes du football français, comme Zinédine Zidane, au moment où celui-ci débutait sa carrière, à Cannes.

Nul doute que le "monument" de Sète, comme le surnomme l'adjoint aux sports de la mairie dans les colonnes de L'Equipe, ne serait pas contre croiser à nouveau la route d'autres grands joueurs, en huitièmes de finale de la Coupe. Pour vivre un autre grand moment sous le maillot sétois. Mais sûrement pas le dernier.