Rooney n’a plus le diable au corps

  • A
  • A
Rooney n’a plus le diable au corps
@ MAXPPP
Partagez sur :

PREMIER LEAGUE - Manchester United affronte Chelsea, lundi, dans le choc de la 2e journée.

Après deux victoires en deux matches face à Hull City en ouverture (2-0) et contre Aston Villa en match décalé de la 3ème journée (2-1), Chelsea se rend à Old Trafford lundi soir avec l'ambition de rentrer à Londres avec les trois points mais aussi avec... Wayne Rooney ! 

Rooney avec Moyes (930x620)

© REUTERS

En stand-by à MU. Depuis le départ à la retraite de Sir Alex Ferguson après 27 ans sur le banc de Manchester United, Wayne Rooney a confirmé, au grand désarroi des supporters, son intention de tourner la page. Et l'arrivée de David Moyes au poste de manager en juin dernier n'a en rien fait évoluer sa position. Rooney le connaît bien pour l’avoir côtoyé à Everton au début de sa carrière et le joueur de 27 ans ne le porte pas dans son cœur, loin de là. Le n°10 de MU, entré en cours de jeu lors de la 1re journée à Swansea (victoire 4-1 des Red Devils, photo), avait même égratigné le technicien écossais dans son autobiographie In my Story publiée en 2008. Ce à quoi Moyes avait répondu par voie judiciaire en attaquant son ancien joueur pour diffamation... Signe supplémentaire de désamour : lors de la victoire à Swansea, Rooney avait remonté le terrain tout seul après le but inscrit par Robin van Persie, dont il fut pourtant à l'origine...

Rooney ne célèbre pas le but de Van Persie à Swansea :





Si le joueur reste silencieux, les tabloïds anglais rappellent que Rooney a déjà demandé un bon de sortie à maintes reprises. Arsenal, le PSG et surtout Chelsea sont venus aux renseignements. Si les deux premiers clubs ont visiblement abandonné la piste, les Blues, qui auraient les faveurs du joueur, ont déjà formulé trois offres, allant de 12 à 35 millions d’euros. Toutes refusées par le board des Red Devils.

Mourinho sur le banc (930x620)

© MAXPPP

Mourinho prend son temps. De son côté, le Chelsea José Mourinho attend patiemment que la situation se décante.  "On va respecter Manchester United et ne pas interférer avant le match de lundi soir. Il n'y aura donc pas d'approche ni d'offre avant ce match", a ainsi confié l'entraîneur des Blues en conférence de presse, après la victoire face à Aston Villa. "C'est plus correct d'un point de vue éthique. La semaine prochaine, par contre, on passera à l'action." Malgré la présence du Belge Romelu Lukaku, excellent pendant la préparation, de l’Espagnol Fernando Torres et du Sénégalais Demba Ba, le "Mou" souhaite encore renforcer sa ligne d’attaque.

Mais le "Special One", devenu le "Happy One", n’est pas obnubilé par Rooney. D’autres pistes ont été évoquées par la presse outre-Manche, et notamment celle menant à Samuel Eto’o. Le Lion indomptable n’est plus en odeur de sainteté à l'Anzhi Makhachkala et il pourrait rebondir dans l’ouest de Londres, moyennant un transfert de 6 millions d’euros. Seul problème, le salaire démentiel perçu par le Camerounais, estimé à environ 20 millions d’euros par an. Rooney, qui n’a plus le diable au corps, a l'avantage de coûter un petit peu moins cher...