Ronaldo, le talent d'Achille

  • A
  • A
Ronaldo, le talent d'Achille
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Le Portugais a inscrit un but d'anthologie, dimanche. Ce n'est pas le premier cette saison.

Cristiano Ronaldo est-il actuellement le meilleur joueur du monde ? Cette question divise tous les amateurs de foot et hérissent les admirateurs de son rival du Barça, Lionel Messi, auteur d'un but magnifique, lui aussi, dimanche, sur la pelouse de l'Atletico Madrid. Mais une chose est sûre : le Portugais réalise une saison éblouissante qui se traduit sur le plan statistique : 41 buts en 40 matches, toutes compétitions confondues, que ce soit avec son club, le Real Madrid, ou la sélection portugaise. Héros presque sans faille du Real, leader technique et monstre physique, il est capable de marquer de partout et avec n'importe quoi. Avant le match amical de la Selecçao, mercredi, en Pologne, retour sur cinq buts fracassants de "R7" cette saison, à commencer par son but en talonnade, face au Rayo Vallecano, dimanche.

1. Rayo Vallecano - Real Madrid (0-1), le 26 février. Si le Real poursuit sa route vers le titre de champion, il le doit en grande partie à sa star portugaise. Dimanche, sur la pelouse du Rayo Vallecano, Ronaldo a inscrit le seul but de la rencontre, offrant les trois points à son équipe. Et quel but ! Sur un corner de Mesut Özil venu de la gauche, la défense du Rayo ne parvient pas à se dégager. Ronaldo récupère alors le cuir et frappe une talonnade croisée du droit. Du grand art. C'est décidément la saison de ce talon, puisqu'en match amical, en Chine, à Guangzhou, l'été dernier, Ronaldo avait déjà marqué avec, en pleine course. Il s'agit du 29e but de la saison pour "CR7", en 24 matches de Liga, soit une moyenne stratosphérique d'1,21 but par match.

Ronaldo, version talonnade :

2. Malaga - Real Madrid (0-4), le 22 octobre. Ronaldo irrite parfois les puristes avec sa quête perpétuelle du beau geste. Parfois futile, elle est souvent utile. Comme ce soir d'octobre, à Malaga, où sur une remise de la tête de Sergio Ramos sur un corner, "CR7", laissé totalement libre par la défense centrale, reprend le ballon de manière acrobatique, en suspension, et déjà avec le talon droit.

Ronaldo, version kung-fu :

3. Portugal - Bosnie (6-2), le 15 novembre. Souvent critiqué pour son manque de réussite avec la sélection portugaise, Ronaldo a mis les pendules à l'heure lors du match le plus important de la saison. En barrage retour, face à la Bosnie, alors que le score est encore de 0-0 sur l'ensemble des deux matches, "CR7" envoie un missile des 30 mètres sur coup franc qui fait mouche, dès la 8e minute de jeu. Le Portugal, qui s'impose 6-2 avec un autre but de sa star, se qualifie pour l'Euro. En juin, Ronaldo aura un défi à sa mesure, avec, face à la Selecçao, rien de moins que le Danemark, les Pays-Bas et l'Allemagne.

Ronaldo, version missile :

4. Real Madrid - Ajax Amsterdam (3-0), le 27 septembre. On montre souvent en exemple les buts du Barça, modèle e jeu collectif. Mais le premier but du Real face à l'Ajax, cette saison, en Ligue des champions, est peut-être "le" bijou de l'année dans ce domaine. Sur un ballon remonté par Özil, Ronaldo effectue un une-deux avec Kaka au milieu du terrain, remet dans la course d'Özil, qui décale ensuite Karim Benzema sur la droite. Le Français centre alors fort devant le but et Ronaldo jaillit pour conclure un mouvement d'une fulgurante beauté.

Ronaldo, version collectif :

5. Real Madrid - Levante (4-2), le 12 février. C'est un match de Liga comme un autre, archi-dominé par le Real. Mais Ronaldo arrive souvent à mettre une touche d'extraordinaire dans l'ordinaire. Alors que les Merengue mènent déjà 3-1, Ronaldo se saisit du ballon sur le côté gauche, se débarrasse de son vis-à-vis avec son fameux crochet extérieur et adresse une frappe flottante du coin de la surface de réparation. Le Portugais peut aller courir vers le banc de touche fêter ce but avec son compatriote José Mourinho, grand ordonnateur de ce Real qui file à toute vitesse vers son 32e titre de champion d'Espagne.

Ronaldo, version enchaînement :