Ribéry, boudé ici, adoubé là-bas

  • A
  • A
Ribéry, boudé ici, adoubé là-bas
@ MAXPPP
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - La star du Bayern jouit outre-Rhin d'une popularité sans équivalent.

Mercredi soir, c'est Franck Ribéry qui "reçoit". Les Bleus et le joueur du Bayern Munich accueillent au Stade de France, en match amical (coup d'envoi à 21h00), l'équipe d'Allemagne, qui comprend dans ses rangs plusieurs de ses coéquipiers au Bayern Munich (Neuer, Boateng, Lahm, Kroos, Müller et Gomez). Pour autant Franck Ribéry est-il réellement chez lui dans l'enceinte dyonisienne ?

Même si sa cote de popularité a tendance à grimper avec ses dernières bonnes performances avec l'équipe de France (buteur face à l'Islande en match amical à Valenciennes, passeur décisif pour Giroud lors du match nul en Espagne), "ch'ti Franck" ne jouit pas exactement de la même popularité ici et là-bas, de l'autre côté-Rhin.

>> A LIRE : Copé et Ribéry au palmarès des insupportables

Franck Ribéry, 930

© REUTERS

Le joueur lui-même a conscience de l'immense popularité dont il bénéficie en Allemagne. "Ils apprécient le joueur et le personnage", résume-t-il joliment dans les colonnes de L'Equipe, mardi. "Le joueur" régale les supporters du Bayern Munich avec ses buts (6 depuis le début de la saison toutes compétitions confondues) et ses passes décisives (15).

"Le personnage" amuse le grand public, avec ses blagues potaches, du saut d'eau sur la tête d'Oliver Kahn au centre d'entraînement, à la mousse à raser dans les chaussures, en passant par le fameux épisode du bus, qu'il avait (cette fois) conduit avec une maîtrise toute relative lors d'un stage. Ce qui passe pour de la fraîcheur en Allemagne est souvent raillé ici, où Ribéry est régulièrement enfermé dans la caricature du joueur bête et méchant, incapable de parler un bon français (alors qu'il parle un bon allemand... pour un Français). Ça n'a pas toujours été le cas pour l’ancien Marseillais, aujourd’hui rallié à la cause bavaroise. Quand tout allait bien, lors de la Coupe du monde 2006, "Francky" était le jeune talent plein d'avenir. L'année 2010 a tout changé.

La fracture de Knysna

Au printemps, Ribéry est pris dans le tourbillon de l'affaire Zahia. Le joueur reconnaît avoir eu des relations sexuelles tarifées avec la jeune femme mais dit ignorer qu'elle était mineure. Les déclarations de l'"escort-girl" font passer Ribéry pour un goujat. "Francky" perd définitivement son innocence. Mais le pire est à venir. Retenu dans l'équipe de France de Raymond Domenech pour la Coupe du monde, il vient s'expliquer sur le plateau de "Téléfoot" au lendemain de l'exclusion de Nicolas Anelka du groupe France. "C'est mon cœur qui parle et je suis en train de souffrir", insiste-t-il, visiblement très ému. "Tout le monde est en train de se foutre de nous dans le monde. J'ai les boules. On ne joue plus au foot. L'équipe de France, c'est un honneur. Il reste encore un match et il faut faire honneur à notre pays." Quelques heures plus tard, Ribéry et ses coéquipiers feront surtout la grève de l'entraînement.

Ribéry fait irruption sur le plateau de "Téléfoot" :

ribery evra euro 2012 reuters 630x420

© REUTERS

Reconnu en partie comme responsable de l'épisode de Knysna, Ribéry est suspendu pour trois matches. Mais revient, tout comme Patrice Evra (photo) "Après Knysna, ce fut très, très difficile", reconnaît-il aujourd'hui dans L'Equipe. "Je sais que j’ai déçu le public, commis des erreurs. Je l’admets, mais pas au point d’accepter qu’on me mette sous terre. J’étais l’homme à abattre. C’était méchant. J’ai senti de la haine. (...) Avec le public français, ce fut très dur. À un moment, j’ai tellement pris que j’avais la sensation que plus rien ne pouvait m’atteindre."

Peut-être aussi parce que Ribéry possédait à cette époque une carapace allemande. En effet, c'est lors de cette période trouble pour leur joueur star (et leur plus gros investissement...) que les dirigeants bavarois ont décidé de prolonger avec, à la clé, une belle revalorisation salariale. Aujourd'hui, Ribéry est (et de loin) le joueur le mieux payé d'Allemagne avec 10 millions d'euros annuels. "J'ai tout ici", insiste Ribéry. "Je reste même faire la sieste au club parfois, après y avoir déjeuné. Pour ma famille, le club est aux petits soins. Ma fille aînée a sept ans, elle parle allemand. La petite s’y met. Mon fils est né ici, juste à côté. J’espère terminer ma carrière au Bayern."

Elu meilleur joueur en Allemagne cet hiver

Franck Ribéry avec le Bayern (930x620)

© REUTERS

Couvert d'euros outre-Rhin, Ribéry l'est aussi d'éloges. "C'est un joueur qui a des qualités techniques mais qui montre aussi énormément d'envie sur le terrain", commente Albertine Gros, jeune twitto qui suit de très près l'actualité du Bayern. "Malgré quelques blessures ces derniers mois, il vient d'être élu meilleur joueur de la première phase de Bundesliga et il est le premier joueur de champ dans le classement des notes du bi-hebdomadaire allemand spécialisé Kicker."

Les grands noms du foot allemand l'adorent également. Le 4 novembre dernier, le "Kaiser" (le vrai), Franz Beckenbauer avait déclaré à son encontre : "je ne sais pas combien de poumons il a. Certainement trois. Du jamais vu." Et, mardi, en conférence de presse, le sélectionneur de la Nationalmannschaft, Joachim Löw, y est allé lui aussi de ses compliments envers le natif de Boulogne-sur-Mer : "c'est un joueur à la vitesse incroyable, l'un des meilleurs au monde. Que ce soit par sa vitesse, ses duels en un contre un, ses passes décisives... à nous de faire attention. C'est un danger pour toutes les équipes qu'il affronte".

Ribéry marque face à Hoffenheim le 6 octobre :

Cette vérité reste encore à (re)démontrer quand Ribéry porte le maillot Bleu. "J'ai le sentiment qu'il est moins perso qu'avant, plus au service de l'équipe", commente Albertine. "Après une première saison excellente, son coéquipier au Bayern, Arjen Robben, tombe souvent dans le travers d'essayer d'être le sauveur de l'équipe à tout prix, comme s'il était constamment en quête de rachat. Ribéry semble avoir dépassé ce stade, que ce soit au Bayern, mais aussi et surtout en équipe de France." Son Euro 2012 plutôt convaincant sur le terrain et "motus et bouche cousue" en dehors plaident en ce sens.

Et ce, même si Raymond Domenech l’égratigne dans son livre en disant de lui que "tout tourne autour de son nombril" ou que c’est une "diva susceptible". "Je me suis dit qu’il avait pété les plombs", commente simplement Ribéry, qui explique ne pas avoir "envie de voir" Domenech. "Je n’ai pas toujours tout bien fait, j’ai rencontré des difficultés. Mais, pour l’équipe de France, j’ai toujours été prêt à tout. C’est pour ça que je me suis accroché quand ça n’allait pas." On peut effectivement reprocher bien des choses à Ribéry, mais pas de ne pas mouiller le maillot bleu sur le terrain.