Real-Dortmund, l’heure de la revanche a sonné

  • A
  • A
Real-Dortmund, l’heure de la revanche a sonné
@ Reuters
Partagez sur :

MEILLEURS ENNEMIS - Le Real Madrid, éliminé par les Allemands l’an passé en demi-finales de la Ligue des champions, est sur le pied de guerre.

Comme on se retrouve. Le Real Madrid et le Borussia Dortmund s’affrontent mercredi soir en quarts de finale aller de la Ligue des champions, au stade Santiago-Bernabéu. Une affiche aux airs de déjà-vu, puisque les deux clubs se sont déjà rencontrés à quatre reprises, lors de la saison 2012-2013.

Lewandowski face au Real (930x1240)

© REUTERS

Dortmund mène au poing(t)s. Et les Borussen n’ont pas à rougir de la comparaison avec l’ogre madrilène. En phases de groupes, le BVB l’avait emporté à domicile au Signal Iduna Park en octobre  dernier (2-1) avant de repartir d’Espagne avec le point du match nul (2-2) un mois plus tard. Mais c’est surtout la demi-finale aller qu'ils avaient marqué les esprits. Grâce notamment à leur attaquant polonais Robert Lewandowski, auteur d’un retentissant quadruplé, les Allemands n’avaient fait qu’une bouchée du Real fin avril (4-1). Et le match retour, victoire 2-0 du Real, n’avait pas suffi pour inverser la tendance.

Les «cojones» du Borussia. Mais la vérité d’hier n’est pas forcément celle d’aujourd’hui. Le Real Madrid s’est sensiblement renforcé depuis, avec les arrivées conjuguées de Gareth Bale, d’Isco ou encore de Daniel Carvajal quand le Borussia a, de son côté, perdu son talisman, Mario Götze, transferé à Munich. Privé de Robert Lewandowski, suspendu pour le match aller, et avec plusieurs joueurs cadres blessés (Gündogan, Subotic, Schmelzer), Dortmund devra la jouer serré. L’entraîneur du Borussia, l’emblématique Jürgen Klopp, ne s’y est pas trompé en conférence de presse. "Il va nous falloir des «cojones» (des couilles, ndlr)", s’est-il exclamé dans la langue de Cervantes, avec son sens de la formule.

Une marca Real Dortmund

© DR


La «Revancha» du Real. Du côté de Madrid , tous les médias espagnols n’ont qu’un mot à la bouche : «Revancha», la revanche. Blessés dans leur orgueil par l’élimination de l’an passé, les Merengues, par la voix de leur entraîneur Carlo Ancelotti, se disent cette fois-ci "prêts à 100 % pour cette rencontre." Un Carlo Ancelotti qui a regardé avec beaucoup d’attention les confrontations précédentes : "J'ai vu les demi-finales de l'année dernière. C'étaient des matches étranges. J'ai trouvé qu'à l'aller, le Real avait une bonne maîtrise en première période, mais la deuxième mi-temps était incroyable. C'est le genre de choses que l'on peut voir en C1, il va falloir jouer avec une grosse intensité."

Karim Benzema et Gareth Bale, 930

© REUTERS

Avec son trio "BBC" - Bale, Benzema, Ronaldo - de feu (21 buts à eux trois cette saison en Ligue des champions, ndlr), le Real Madrid a l’occasion d’envoyer un signal fort et de rappeler au Borussia Dortmund que cette année, il ne laissera aucune place aux surprises.
sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

CHAMPION A REACTION - Le Bayern assure l'essentiel

LIGUE DES CHAMPIONS - Barcelone va devoir cravacher

PSG-CHELSEA - Des places vendues dix fois leur prix

ZOOM - PSG-Chelsea, c'est aussi un peu "QSG-Chelski"