Qui pour défier Zlatan et le PSG ?

  • A
  • A
Qui pour défier Zlatan et le PSG ?
@ Montage REUTERS
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Le tirage au sort des huitièmes de finale a lieu, jeudi, à Nyon.

Zlatan Ibrahimovic n'a pas encore gagné la Ligue des champions. Est-ce pour cette année, avec le PSG ? En terminant premier de son groupe, le club de la capitale s'est en tout cas ouvert la voie à un huitième de finale avec match retour disputé à domicile. Revue de détails de ses sept adversaires potentiels à travers actu et anecdotes, avant le tirage au sort des huitièmes de finale, jeudi midi, à Nyon.

Philippe Mexès, 930

© MAXPPP

AC Milan, le plus piquant. L'AC Milan, pourvoyeur officiel de talents du PSG, en adversaire en huitièmes de finale, voilà qui ne manquerait pas de sel. Avant de rejoindre Paris, c'est en effet en Lombardie que jouaient les deux grandes stars du club de la capitale, le défenseur brésilien Thiago Silva et l'attaquant suédois Zlatan Ibrahimovic. Milan-PSG, ce serait aussi l'opposition de deux styles de management : la dépense sans compter de QSI et la revente en comptant des Berlusconi père et fille. Et puis, entre ceux qui auraient dû venir (Pato au PSG) et ceux qui auraient envie d'y aller (Pastore au Milan), il y aurait plein d'histoires à raconter. Sur le terrain, les Rossoneri, bons à prendre en début de saison, ont redressé la pente (cinq victoires de rang en championnat) dans la foulée de leur révélation Stéphane El-Shaarawy. Difficulté : ♦♦♦*

Giroud buteur face à Fulham (930x620)

© MAXPPP

Arsenal, le plus local. C'est entendu, le PSG, dernier représentant de Ligue 1 dans la compétition, ne peut pas affronter de clubs français en huitièmes de finale.** Ce qui se rapprocherait le plus d'un derby tricolore serait un affrontement PSG-Arsenal, entraîné par l'Alsacien Arsène Wenger et qui compte dans ses rangs six joueurs français, dont l'ancien Montpelliérain Olivier Giroud. Avouez qu'un duel entre le meilleur canonnier sortant de Ligue 1 et son actuel meilleur buteur, Zlatan Ibrahimovic, aurait de l'allure. Récemment éliminés de la Coupe de la Ligue anglaise par un club de quatrième division, Bradford City, les Gunners 2012-13, cinquièmes du championnat, n'ont pas de quoi, a priori, effrayer le PSG. Difficulté : ♦♦

Celtic Park (930x620)

© REUTERS

Celtic Glasgow, le plus show. Les images de la victoire du Celtic contre le Barça ont fait le tour du monde. Un stade qui vibre à l'unisson, 60.000 supporters en transe et la perspective d'une qualification définitivement validée par une dernière victoire contre le Spartak Moscou. Pendant que leur vieux rival des Rangers lutte en quatrième division écossaise, les "Celts", champions d'Ecosse en titre, retrouvent les sommets européens. Il y a 16 ans, le PSG avait déjà affronté les Vert et Blanc en huitièmes de finale d'une compétition européenne. C'était en Coupe des coupes et le PSG était allé au bout... Difficulté :

Fernandihono avec le Chakthior (930x620)

© REUTERS

Chakhtior Donetsk, le plus pittoresque. Le triple champion d'Ukraine n'est assurément pas l'adversaire le plus connu du grand public. Mais ce n'est pas le moins dangereux. Avec un effectif constitué en grande partie de joueurs brésiliens (ils sont neuf dans le groupe pro !), les Orange et Noir n'ont perdu qu'une seule fois en 18 journées de championnat d'Ukraine, pour... 17 victoires. Une sorte de Barça de l'Est. En Europe aussi, William et consorts ont brillé (pas toujours pour leur fair-play d'ailleurs...), se payant le luxe de sortir Chelsea dès la phase de poules, avec une victoire 2-1 face aux Blues à domicile. Vainqueur de la Coupe UEFA en 2009 et quart de finaliste de la Ligue des champions la saison suivante, le Chakthior attend depuis de passer un cap. Difficulté : ♦♦♦

Supporters de Galatasaray (930x620)

© REUTERS

Galatasaray, le plus bouillant.Dans un sondage mis en ligne sur le site officiel du PSG, Galatasaray est l'adversaire idéal selon les supporters, derrière le Celtic Glasgow (20% contre 27%). Comme le club écossais, le champion de Turquie offre la garantie d'un match dans une ambiance de feu, mais aussi, il faut le reconnaître, un défi sportif un peu plus simple à relever. Si retrouver Galatasaray et son buteur Burak Yilmaz (6 buts en 6 matches) serait une peut-être bonne nouvelle pour les supporters, ça n'en serait pas forcément une pour les autorités françaises. Lors de la dernière venue du club stambouliote à Paris, de violents incidents avaient en effet éclaté dans les tribunes du Parc, faisant une cinquantaine de blessés. Difficulté :

Ronaldo-Mourinho

Real Madrid, le tirage royal. Mourinho sur le banc et Ronaldo sur le terrain du Parc des princes, c'est possible dès le mois de février. A condition que le PSG tombe sur le Real, jeudi. Malgré une troisième place actuelle en Liga, le Real reste, et de loin, l'épouvantail du "groupe des deuxièmes". Malgré, ou plutôt surtout. Distancés par le Barça sur le plan domestique (13 points de retard), les Merengue n'ont sans doute plus que l'Europe pour sauver leur saison. PSG-Real en huitièmes de finale, ce serait également le meilleur moyen de célébrer le 20e anniversaire de ce quart de finale de Coupe UEFA historique, remporté en mai 1993 par le PSG (4-1) sur un dernier coup de tête d'Antoine Kombouaré. Difficulté : ♦♦♦♦

Adil Rami, 930

© REUTERS

Valence CF, le plus piégeux. Une onzième place en Liga, plus de défaites que de victoires (7 contre 6), un entraîneur, Mauricio Pellegrino, démis de ses fonctions début décembre, un effectif sans grande star internationale : Valence, tombeur à deux reprises de Lille lors de la phase de poules (2-0 puis 1-0), n'est pas loin de présenter le profil idéal pour le PSG. Méfiance, cependant, car le club valencien, qui a atteint deux fois la finale de la Ligue des champions (en 2000 et 2001) a l'expérience des grands rendez-vous. Et il compte dans ses rangs plusieurs joueurs de grand talent, comme l'ancien Grenoblois Sofiane Feghouli, le Brésilien Jonas ou encore l'international espagnol Roberto Soldado. Difficulté : ♦♦

*Sur un maximum de 4 ♦♦♦♦

**Le règlement interdit de toute façon que deux clubs issus d'un même pays s'affrontent en huitièmes de finale.