Quevilly, happy end pour le "Petit Poucet"

  • A
  • A
Quevilly, happy end pour le "Petit Poucet"
@ MAXPPP
Partagez sur :

COUPE DE FRANCE - Les amateurs de National ont battu Rennes (2-1) et retrouveront l'OL en finale.

C'est une belle histoire qu'on raconte aux enfants. Celle du "Petit Poucet" qui terrasse le méchant ogre. Mercredi soir, les amateurs de Quevilly ont réussi à dominer Rennes (2-1) en demi-finale de la Coupe de France. Comme dans un rêve, au bout d'un dernier raid, d'un dernier tir croisé de Anthony Laup, les Normands se sont ouvert les portes du Stade de France, où ils retrouveront Lyon, le 28 avril prochain. Il était une fois l'histoire de Quevilly, petit club de national.

Quevilly est un club qui adore la Coupe de France. Rennes était prévenu. Après trois échecs en demi-finale (1942, 1968 et 2010), les joueurs de national n'ont pas laissé passer leur chance une quatrième fois. Même Régis Brouard, l'entraîneur de Quevilly, s'improvise le temps d'une soirée en conteur : "marquer au bout des arrêts de jeu... c'est un scénario incroyable. Sur un dernier ballon en profondeur, malgré la fatigue et les émotions, Laup a réussi à gagner son duel. C'est le charme de la Coupe de France".

Rennes est passé à côté

De l'autre côté, c'est la colère qui prédominait après la rencontre. "Je ne vais pas défendre l'indéfendable, je savais qu'on manquait de caractère et ça s'est confirmé", a déclaré l'entraîneur des Bretons, Frédéric Antonetti. Et d'en remettre une couche : C'est une grosse déception personnelle, et pour mon staff. J'ai sacrifié, avec mes adjoints, beaucoup de ma vie privée, et ça n'en vaut pas le coup. On a failli, il n'y a pas grand chose à ajouter."

Quevilly-4

Malgré l'ouverture du score précoce des joueurs rennais, Quevilly n'a jamais paniqué. Après avoir subi pendant toute la première mi-temps, les amateurs ont placé quelques banderilles en début de deuxième acte. Grâce à une superbe frappe de Hérouat, les hommes de Régis Brouard ont su égaliser au meilleur des moments. A la 64e minute, c'est le début de la fin pour Rennes. Les footballeurs de l'élite tenteront quelques coups mais sans vraiment y croire. La happy end était inéluctable.

Rennes a craqué, Quevilly en a profité :

85 ans plus tard

Cette merveilleuse histoire, Quevilly l'avait déjà connue en… 1927. Il y a 85 ans l'US Quevillaise avait échoué en finale contre l'OM (3-0). Cette fois-ci, ils seront opposés à Lyon, bien parti pour réaliser le doublé Coupe de la Ligue-Coupe de France. Les Gones n'ont pas manqué de réalisme contre Ajaccio mardi soir (4-0). Nul doute possible, malgré le très beau conte de Quevilly, Lyon n'aura aucune pitié pour mettre le "Petit Poucet" à terre.