Que retenir du mercato ?

  • A
  • A
Que retenir du mercato ?
@ REUTERS/MAXPPP
Partagez sur :

TRANSFERTS - Bale à Madrid, Kaka à Milan, Cavani au PSG,... : Retour sur un été très chargé.

On ne vous fera pas ici la liste exhaustive des transferts en Ligue 1, ni le décompte détaillé des 372 millions d'euros dépensés par les clubs français cet été. Vous ne lirez pas non plus les transferts presque-réussis-c’est-sûr-il-va-signer. Europe1.fr vous propose plutôt une petite séance de rattrapage et revient sur 10 histoires de ce marché des transferts.

Une-Sport

La surcote de l’été : Bale au Real Madrid. Impossible de faire l’impasse sur celui qui est peut-être le footeux le plus cher de l’histoire. Pour faire un bon feuilleton, il faut plusieurs épisodes, des rebondissements et un happy end. Dans le transfert du Gallois Gareth Bale au Real Madrid, on n’a manqué de rien. Signera, signera pas ? Les journaux anglais et leurs confrères espagnols ne se sont pas privés de faire monter les enchères. Au final, une présentation en grande pompe et un montant toujours mystère. Selon les dernières informations de Sport (voir la Une ci-contre), un quotidien pro-Barça, ça serait 101 millions d’euros. Un montant que l’ancien joueur de Tottenham "ne vaut pas". Difficile de contredire la presse catalane. Avec seulement une Coupe de la Ligue en 2008 et, certes, un potentiel incroyable, l’addition paraît salée pour le Real.

Les nouvelles stars de la Ligue 1. A coups de millions d’euros et de transferts de luxe, Paris et Monaco se sont tiré la bourre tout l’été. L’ASM a dégainé en premier en achetant successivement Joao Moutinho, James Rodriguez et l’attaquant colombien Radamel Falcao. Mais le PSG ne pouvait pas se laisser voler la vedette par un "vulgaire" promu. Quelques semaines plus tard, Edinson Cavani signait donc à Paris pour 64 millions d’euros (contre 60 millions d’euros pour Falcao). Si on rajoute le Brésilien Marquinhos et le Français Lucas Digne à Paris, le prochain affrontement entre les deux clubs (le 22 septembre au Parc des Princes) devrait avoir fière allure.

Thauvin

La brouille de l’été : Thauvin entre Lille et l’OM. Florian Thauvin n’aura porté que la chasuble d’entraînement du Losc. Le maillot, il pourra le tirer avec l’OM mais il ne l’aura jamais sur les épaules. Lille l’avait acheté il y a six mois et immédiatement prêté à Bastia. Une fin de championnat très prometteuse et un titre de champion du monde des moins de 20 ans dans la poche, Thauvin a été rapatrié au Losc. Seulement voilà, le jeune espoir rêvait déjà de l’OM. Il a même fait la grève de l’entraînement pour convaincre ses dirigeants. Lundi soir, Marseille a finalement réussi à lui mettre la main dessus mais pour… 15 millions d’euros (Lille en avait déboursé 3,5 six mois plus tôt).

Sakho

Le départ déjà regretté : Sakho à Liverpool. Barré au PSG par les Brésiliens Thiago Silva, Alex et Marquinhos, Mamadou Sakho a privilégié l’exil. Le défenseur français a préféré partir pour avoir plus de temps de jeu et espérer ainsi jouer la Coupe du monde au Brésil. Il a été acheté 19 millions par les Reds de Liverpool.

Le gros coup de dernière heure : Özil à Arsenal. Depuis quelques semaines, les fans d’Arsenal commençaient à s’impatienter. Et pour cause, aucune cible du club ne semblait encline à rejoindre les Gunners. Ni Wayne Rooney (Manchester United), ni Gonzalo Higuain (Real Madrid puis Naples), ni Luis Suarez (Liverpool), ni Yohan Cabaye (Newcastle) n’ont voulu signer à Arsenal. Heureusement pour Wenger et ses dirigeants, Mesut Özil a signé dans les toutes dernières heures du mercato. Avec à la clé un gros chèque pour le Real, aux alentours de 50 millions d’euros.

Fellaini

Les bons coups de dernière minute. Les portables n’arrêtent pas de sonner, les boites mails saturent et le fax de la Ligue ne cesse de recevoir des demandes d’officialisation de nouveaux transferts. Dans ces dernières minutes, certains clubs se débrouillent toujours pour faire de bonnes affaires. En France, la palme revient à Bastia qui a réussi à faire signer le très bon Ryad Boudebouz (Sochaux) pour un million d’euros. L’Atletico Madrid a aussi flairé le bon coup en s’attachant les services du Stéphanois Josuha Guilavogui pour 10 millions d’euros. Dans ce paquet, on peut aussi inclure le transfert de Marouane Fellaini (photo) d’Everton à Manchester United (32 millions d’euros).

Le retour : Kaka au Milan AC. Récupérer un joueur beaucoup moins cher que ce qu’on l’a vendu, ça aussi, c’est un bon coup. En 2009, le Real Madrid avait signé un chèque de 64 millions d’euros pour enrôler le Brésilien. Quatre saisons pourries plus tard, retour à la case départ pour… 0 euro ! Au passage, le salaire de Kaka sera divisé par deux. Mais avec ses récentes prestations, c’est tout de même un moindre mal.

Le flop du Barça : Villa à l’Atletico. Pour seulement 2 millions d’euros, l’Atletico Madrid a trouvé un remplaçant de taille pour Radamel Falcao. Après trois saisons passées au Barça, l’attaquant espagnol a préféré partir plutôt que de cirer le banc catalan. Avec l’arrivée de Neymar, David Villa n’avait effectivement pas beaucoup de chances d’être titulaire. Dans la série des mauvaises affaires, les Blaugrana ont quand même perdu 38 millions d’euros sur ce coup (ils l’avaient acheté 40 millions en 2010).

Eto'o

La bourde qui vous rattrape : Eto’o à Chelsea. Petit conseil aux footballeurs : tournez votre langue sept fois dans votre bouche avant de cracher sur un autre club. En 2004, Samuel Eto’o évoluait au Barça. Et avant de retrouver Chelsea an Ligue des champions, l’attaquant camerounais avait expliqué très tranquillement qu’il "préfèrerait vendre des cacahuètes dans son village de naissance plutôt que de jouer dans un club aussi pathétique que Chelsea". Sauf que 9 ans plus tard, il ne pouvait se douter que les fans des Blues retrouveraient cette petite phrase…

La tuile : Mihai Roman au TFC. Après avoir acheté le milieu de terrain roumain Mihai Roman au Rapid Bucarest, Toulouse pensait avoir eu le nez creux. Un mois plus tard, le joueur de 28 ans retombait mal sur un duel aérien. Rupture du tendon d’Achille et plus de six mois d’absence. Recrutement raté, non ?