Quand Ibrahimovic était le "génie fou" de l'Ajax

  • A
  • A
Quand Ibrahimovic était le "génie fou" de l'Ajax
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - L'attaquant du PSG retrouve mercredi le club dont il a porté les couleurs entre 2001 et 2004.

Quand il rejoint l'Ajax Amsterdam à l'été 2001, Ibrahimovic n'a même pas 20 ans et ne compte alors derrière lui que deux saisons pleines avec le club de sa ville de naissance en Suède, Malmö. En trois saisons sous le maillot rouge et blanc du club néerlandais, le géant suédois va devenir "Zlatan", joueur à la classe monstre et à la morgue dévastatrice. Flashback.

Un doublé contre l'OL. Après une première saison difficile, le Suédois - qui a déjà Maxwell comme coéquipier - se libère sous les ordres du nouvel entraîneur, Ronald Koeman. Pour son premier match de Ligue des champions, le 17 septembre 2002, il bat à lui seul l'Olympique lyonnais de Paul le Guen avec un doublé (2-1). La France découvre alors "Zlatan". 

Ibrahimovic inscrit un doublé contre Lyon :

Au travail avec Van Basten. A cette époque, "Ibra" travaille avec Marco van Basten, qui fait ses armes d'entraîneur en prenant en charge les attaquants de l'Ajax. "Je ne lui disais pas, car il avait tendance à être trop sûr de lui, mais j'étais épaté par ce qu'il réussissait à l'entraînement. Il avait une telle facilité à réussir des gestes compliqués", détaille aujourd'hui le Ballon d'Or 1988, lui aussi auteur de buts exceptionnels durant sa carrière.

Ibrahimovic avec Van Basten (1280x640)

Le Français Julien Escudé a lui évolué avec "Zlatan" lors de la saison 2003-04. "Quand il était là, il ne faisait pas grand bruit mais c'était un compétiteur dans l'âme", insiste l'ancien international français au micro d'Europe 1. "C'était déjà un physique imposant, une grande gueule sur le terrain. Il était conscient de ses qualités et voulait les montrer, donc il avait besoin d'avoir le ballon. Il avait une gestuelle et une rapidité déjà hors normes pour son gabarit."

Après un doublé Coupe des Pays-Bas-championnat en 2002, Ibrahimovic décroche un deuxième titre de champion, en 2004. En mai, "Zlatan" inscrit un but d'anthologie contre Nac Breda. Il se joue de quatre joueurs et du gardien lors d'un récital qui comprend moult crochets et feintes de frappe.

"Ibra" marque l'un des plus beaux buts de sa carrière :

"C'était un peu 'Je t'aime, moi non plus'". Sur ces images, on aperçoit le joueur batave Rafael van der Vaart la mine renfrognée. L'autre star de l'équipe est alors en conflit larvé avec "Ibra", qu'il accuse de l'avoir blessé volontairement lors d'une rencontre internationale entre la Suède et les Pays-Bas. Déjà à cette époque, "Zlatan" n'épargne personne, adversaires comme coéquipiers. "C'était un peu 'Je t'aime moi non plus'", explique encore Julien Escudé. "Il marquait beaucoup de buts, il était aimé et apprécié du public mais il avait des relations tendues avec ses entraîneurs, avec (Louis) Van Gaal, le directeur sportif, avec les joueurs. Il était jeune, inexpérimenté, et il fallait pouvoir le gérer..."

Joueur individualiste et sans grande culture tactique à son arrivée, "Ibra" a développé son sens du jeu à Amsterdam. "C'est ici qu'il a appris la tactique", précise Martin Vriesema, journaliste néerlandais pour la chaîne Nos. "Les gens sont fiers qu'ils aient joué à l'Ajax. On l'appelle ici le "génie fou". Mais il est resté trop brièvement pour être du niveau de (Johan) Cruijff."

Devenu en trois saisons (et 47 buts) l'un des joueurs les plus prometteurs d'Europe, Ibrahimovic est transféré en 2004 à la Juventus Turin, en Italie. Ironie de l'histoire, quelques jours plus tard, "Zlatan" est de retour à Amsterdam en Ligue des champions (victoire de la Juve 1-0). Mercredi, ce sera d'ailleurs la troisième fois que le Suédois revient à Amsterdam dans le camp adverse en Ligue des champions. Le 28 septembre 2010, alors qu'il portait les couleurs de l'AC Milan, il avait même inscrit le but de l'égalisation (1-1, 37e).

Ibrahimovic avec Milan face à l'Ajax (1280x640)

© REUTERS

A noter qu'Ibrahimovic ne sera pas le seul joueur à retrouver son ancien club, mercredi soir. Ce sera également le cas de son ami brésilien Maxwell mais aussi de Grégory van der Wiel.

>> LIRE AUSSI : Monaco offre une leçon de réalisme à Leverkusen