PSG : un p'tit tour et puis s'en va

  • A
  • A
PSG : un p'tit tour et puis s'en va
@ Capture d'écran psg.fr
Partagez sur :

FOOT FEMININ - Le PSG, tenu en échec par Tyresö (0-0), a été éliminé de la Ligue des champions.

Le PSG a été éliminé de la Ligue des champions féminine, sortu par la petite porte, mercredi soir, après son match nul face à l’équipe suédoise de Tyresö (0-0, après la défaite 2-1 à l'aller). Distancées par l’Olympique lyonnais en Championnat, les filles de Farid Benstiti disent également adieu à leurs ambitions européennes.

Des joueuses abattues. Le PSG a montré qu’il n’était pas encore au niveau de l’OL (qualifié sans encombre après sa victoire 6-0 contre Twente après celle de l'aller 4-0), et donc des toutes meilleures équipes européennes. Malgré un recrutement ambitieux (Marie-Laure Delie, Laura Georges) et un budget revu à la hausse grâce à son actionnaire qatarien, la section féminine du PSG n’a rien pu faire face à une équipe de Tyresö pourtant loin d’être flamboyante, mais qui a su gérer son avantage d'un but acquis après le match aller.

Stade Charléty, foot féminin (930x310)

© Julien FROMENT/Europe 1

Résultat : un 0-0 sans relief - dans un stade Charléty quasiment vide (photo) - et une équipe du PSG à peine entrée en lice et déjà éliminée. Les joueuses étaient abattues par cette élimination précoce. "Ça va être forcément compliqué d’oublier. La Ligue des champions, c’était l’un de nos objectifs, on avait envie de faire un beau parcours", a concédé la capitaine Sabrina Delannoy. "Ça se termine trop rapidement, c’est une grosse déception pour toute l’équipe."

La formule de la compétition critiquée. Cette élimination précoce est également le résultat d'un tirage au sort malheureux qui n'a pas protégé le PSG. Ce qui agace l’entraîneur Farid Benstiti. "Elle me fatigue cette Coupe d’Europe. Dans son organisation, elle est caduque. Elle est complètement dépassée. On ne peut pas tomber dès le premier tour sur une équipe de Tyresö qui a autant de moyens que nous." Cette équipe de Tyresö possède effectivement dans son groupe de nombreuses internationales suédoises, mais également la meilleure joueuse du monde, la Brésilienne Marta. Même si cette dernière n’a pas illuminé le match de son talent mercredi soir...

Mais l’entraîneur francilien n’oublie pas de pointer du doigt les faiblesses montrées par son équipe durant cette double confrontation. "La Coupe d’Europe, il ne faut pas faire d’erreurs. Si vous en faites, vous les payez cash. On a montré certaines choses mais ce n’est pas suffisant. Il nous fallait un match référence", a ainsi insisté le coach parisien. "Il faut que les joueuses et moi-même arrivions à être plus agressifs à certains moment dans les matches. Il faut qu’on se crée une identité encore plus forte." Paris a donc encore du travail avant de titiller le gotha européen.