PSG-OM : pourquoi Marseille aime l'Argentine

  • A
  • A
PSG-OM : pourquoi Marseille aime l'Argentine
@ REUTERS
Partagez sur :

Avec l’arrivée de Bielsa, l’OM s’est pris de passion pour le pays sud-américain.

Les drapeaux argentins et les banderoles en espagnol fleurissent depuis le début de la saison au stade Vélodrome. Presque à chaque rencontre, les supporters de l’OM rendent hommage à leur nouvelle idole : Marcelo Bielsa. En quelques mois, le coach argentin a redonné vie à un club phocéen moribond. Dimanche soir, le club phocéen se déplacera au Parc des Princes pour affronter le PSG dans la peau du leader. Pour autant, l’OM n’a pas attendu Marcelo Bielsa pour commencer à danser le tango.

>> LIRE AUSSI : PSG-OM : un choc au sommet

Les joueurs argentins passés par l’OM.
Récemment, le Vélodrome a vu passer deux grands joueurs argentins : le défenseur Gabriel Heinze et le milieu de terrain Lucho Gonzalez, champions de France avec l’OM en 2010. Mario Albano, journaliste à la Provence et chargé de suivre l’OM depuis 30 ans, explique à Europe1.fr : "Heinze a laissé une très bonne impression. Il a beau avoir joué au PSG avant de venir à l’OM, tout le monde s’est aperçu que c’était un grand professionnel. Quant à Lucho, il a eu ses partisans, mais les gens sont très partagés. Pourtant, beaucoup de supporters aimaient sa technique de balle, son côté artiste." Car oui, dans la cité phocéenne, comme à Buenos Aires ou à Rosario, on adule les esthètes du ballon rond.

>> LIRE AUSSI : Lyon et Marseille, les deux meilleures équipes de Ligue 1 ?

Heinze, la Roma à tout prix ?

La passion du foot, comme en Argentine.
Et en Argentine, comme à Marseille, le ballon rond est une passion. Franck Berteau, journaliste et auteur du « Dictionnaire des supporters », analyse cette fièvre du foot pour Europe1.fr. "Le club et la ville de Marseille aiment s’identifier à l’Argentine. De par la nature du public, la passion populaire, il y a de vrais points communs. A Marseille, le foot est très ancré dans la ville, comme en Argentine. Il y a aussi un rapport commun à l’irrationnel, à la folie. Les Marseillais se disent "fadas", et Bielsa est "el loco", le fou. Les mentalités sont donc très proches.  Il y a une sorte d’héritage culturel avec ce pays." Et ces traits communs se ressentent jusque dans les tribunes du stade Vélodrome.

Un tifo des South Winners en hommage à Bielsa.

© Capture d'écran Twitter

Les supporters argentins, un modèle.
Le groupe de supporters des "South Winners", un des plus importants et des plus actifs de l’OM, a pour emblème Che Guevara, un autre Argentin. Mais cette fascination ne s’arrête pas là, comme l’explique à Europe1.fr Matthieu Franceschi, un des leaders des South Winners. "Nous nous sommes toujours reconnus dans la culture des tribunes argentines. Leurs supporters sont un peu des modèles. Quand on voit le superclasico, Boca Juniors contre River Plate, c’est une autre planète. Ils vivent le foot là-bas. Alors oui, on a un lien spirituel avec ce pays." Dimanche soir, ils seront 500 supporters marseillais au Parc des Princes pour soutenir leur équipe. Avec passion, comme leurs grands frères argentins.

>> LIRE AUSSI : PSG-OM, 5 choses à savoir sur le clasico