PSG : Leonardo, la démission

  • A
  • A
PSG : Leonardo, la démission
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - Le directeur sportif du PSG a démissionné de son poste, mercredi matin.

Leonardo, directeur sportif du PSG (930x620)

© REUTERS

L'info. La saison n'a pas encore commencé qu'un coup de tonnerre s'abat déjà sur le PSG. Son directeur sportif, le Brésilien Leonardo, âgé de 43 ans, a en effet démissionné de ses fonctions, mercredi matin. Annoncée "en exclusivité" par la chaîne BeIn Sport (qui partage avec le PSG le même président, Nasser Al-Khelaïfi), la nouvelle a été confirmée dans la foulée par le club, via un communiqué sur le site officiel. "Le Paris Saint-Germain a pris connaissance aujourd'hui de la décision de Leonardo de quitter ses fonctions de Directeur Sportif du Club à la fin de la période des transferts", est-il écrit. "La direction du club regrette cette décision mais la respecte. Elle lui exprime ses remerciements pour le remarquable travail accompli pour construire à Paris un club européen de premier plan. Elle lui souhaite de poursuivre avec succès sa brillante carrière." Leonardo était arrivé au club avec les nouveaux investisseurs qatariens, le 13 juillet 2011, soit il y a deux ans presque jour pour jour.

Leonardo bouscule l'arbitre, 930

© DR

Les causes. Ni le club ni Leonardo (ni BeIn Sport) n'ont pour le moment avancé les causes du départ du Brésilien. Mais il est certain que sa suspension (alourdie de quatre mois et demi) jusqu'au 30 juin 2014, prononcé il y a cinq jours seulement par la commission supérieure d'appel de la Fédération française de football après l'incident avec l'arbitre de la rencontre PSG-Valenciennes, en mai dernier, a pesé dans la balance. "Leo" avait été reconnu coupable d'avoir volontairement bousculé l'arbitre après le match nul de son équipe, ce qui la privait (momentanément) du titre de champion. Le départ de Carlo Ancelotti vers le Real et l'incapacité de "Leo" à convaincre un grand nom pour le remplacer ont pu également fragiliser sa position. Lors de la présentation de Laurent Blanc à la presse, le mois dernier, Leonardo n'était d'ailleurs pas assis à l'estrade aux cotés de son président Nasser Al-Khelaïfi mais dans la salle, ce que beaucoup avaient pris pour un signe...

Les conséquences. Dans son communiqué, le PSG prend bien soin de préciser que Leonardo quittera ses fonctions "à la fin de la période des transferts", soit le 2 septembre. Ce n'est évidemment pas un détail tant l'ancien joueur de la Seleçao a pesé de tout son poids pour attirer des pointures dans la capitale, notamment celles venues d'Italie (Ibrahimovic, Thiago Silva, Pastore, Thiago Motta,...). Selon plusieurs sources, Leonardo travaillait également au recrutement d'Edinson Cavani, en provenance de Naples. Même s'il reste provisoirement en poste, cette annonce est peut-être à même de tout chambouler, alors que le PSG n'a toujours pas recruté le moindre joueur cet été, à la différence de son rival annoncé la saison prochaine, l'AS Monaco.

Leonardo avec Nasser et Carlo (930x620)

© REUTERS

Le bilan. Il semble évident que Leonardo a permis au PSG de passer un cap. De par son entregent, il a permis le recrutement de joueurs qu'il a côtoyés ou entraînés en Italie, au premier rang desquels Zlatan Ibrahimovic. Il a offert un visage à l'international à ce PSG nouveau et convaincu Carlo Ancelotti de le suivre dans l'aventure à l'hiver 2011-12. Mais, au-delà de cette réussite sportive, avec un (seul) titre et un quart de finale de Ligue des champions à la clé, Leonardo a aussi irrité. Car le célèbre coup d'épaule à l'arbitre Alexandre Castro n'est que la partie émergée de l'iceberg. Il y eut également le discours plein de mauvaise foi autour du passage de David Beckham ou encore la fameuse sortie sur le PSG, une "équipe faite pour l'Europe" et non pour la Ligue 1.

Blanc avec Nasser (930x620)

© Capture d'écran Itélé

L'avenir. De par son expérience et son franc-parler, Leonardo va sans aucun doute rebondir. En Italie (Inter ?) ou ailleurs. Pour le PSG, son départ va évidemment modifier la donne, et pas seulement au niveau des transferts. Le club champion de France se trouve aujourd'hui face à une alternative : soit remplacer Leonardo (mais qui, aujourd'hui, peut se prévaloir d'une expertise aussi solide que lui à ce poste spécifique de directeur sportif ?) soit étendre les pouvoirs de Laurent Blanc. Après avoir connu sa première défaite, mardi soir, face à Sturm Graz, en amical, Blanc s'apprête déjà à connaître sa première tempête...