PSG : Kombouaré "a les boules"

  • A
  • A
PSG : Kombouaré "a les boules"
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - L'entraîneur revient dans la presse sur les conditions de son départ du PSG.

Il restera sans doute comme l'anti-héros absolu de la saison 2011-12 du PSG. Antoine Kombouaré, viré au lendemain d'un titre de champion d'automne, ne s'était pas exprimé depuis. Vendredi, dans un double entretien accordé aux quotidiens L'Equipe et Le Parisien au... Fouquet's, le technicien revient sur les six mois les plus agités de sa carrière. Son départ, Leonardo, Pastore, le PSG et son avenir : Europe1.fr vous propose le best of de ses déclarations.

Son départ. Etre viré au lendemain d'un titre de champion d'automne, c'est peu commun. Mais Kombouaré s'y attendait. "J'ai senti, pendant les six mois, que je pouvais sauter à tout moment", confie "AK" dans Le Parisien. L'ex-coach de Valenciennes avoue dans L'Equipe avoir compris que son sort était définitivement scellé au matin du match à Saint-Etienne (victoire 1-0, le 21 décembre). "J'ai réuni le staff pour dire : "voilà, c'est mon dernier match. Je le sentais." Pour autant, Kombouaré explique ne pas ressentir d'amertume. "Attention", nuance-t-il dans Le Parisien, "j'aurai les boules jusqu'à la fin de mes jours et je me dirai que l'on m'a privé de quelque chose." "Le fait d'avoir été évincé", je ne peux pas l'accepter", souligne-t-il dans L'Equipe. "Mais je le comprends parce que les Qatariens voulaient un entraîneur de renom. (...) Même si j'ai les boules, je dis "Bon, OK", parce que c'est Ancelotti". Au contraire, Kombouaré "aurait été vexé s'ils avaient mis Makelele"...

Leonardo et Antoine Kombouaré (930x620)

© MAXPPP

Leonardo. Le départ de Kombouaré restera associé à un nom : celui de Leonardo, directeur sportif du club de la capitale, critiqué pour sa gestion du dossier, entre rencontre en cachette et communication à contre-temps. "Tu es trahi par la famille, par un ami. Là, on était dans une relation de travail où je savais dès le départ à quoi m'en tenir. Je ne suis pas amer", reconnaît-il dans Le Parisien. Kombouaré date sa rupture d'avec Leonardo du 6 novembre dernier, après un triste match nul à Bordeaux (1-1). "Les deux derniers mois, j'ai fonctionné seul. Quand je suis viré, c'est une déception parce qu'on est premiers, mais c'est aussi un soulagement. Il fallait que ça s'arrête."

pastore, kombouaré (930x620)

© MAXPPP

Pastore. Après un départ en fanfare, Javier Pastore, la star annoncée du PSG, recrutée 42 millions d'euros, a peu à peu perdu pied et même critiqué ouvertement le jeu du PSG. "Pastore, c'est un gamin qui veut être heureux sur un terrain", estime Kombouaré dans L'Equipe. "Et quand ça ne se passait pas comme il le voulait, il boudait." On avait pu s'en rendre compte...

Antoine Kombouaré (930x620)

© MAXPPP

Le PSG. Champion de France en tant que joueur avec le club (1994), Kombouaré espérait réaliser le doublé, seize ans plus tard, en tant qu'entraîneur. "Ma seule frustration, c'est de me dire que j'aurais pu devenir champion de France. Parce que Paris sera champion. Mais je reste supporter du PSG, je l'adore et je suis très content de ce qui arrive à ce club. C'est fabuleux." "AK" reste si proche du club rouge et bleu qu'il parle de "mon club" et même de "mon équipe". "Si le PSG est champion, je me sentirai champion de France", dit Kombouaré dans Le Parisien. Dans un sourire, le technicien va même plus loin. "Je vais faire du Luis Fernandez : peut-être que je reviendrai un jour au PSG."

Son avenir. Parti avec une indemnité de licenciement de quatre millions d'euros, Kombouaré a de quoi voir venir. Après six mois sous pression, il va s'accorder à nouveau des vacances, en Nouvelle-Calédonie, dont il est originaire. S'il ne se voit pas reprendre un club avant la fin de la saison ("ni approche ni contact avec Monaco"), il espère rebondir dès l'été prochain. "J'ai pu démontrer, aux yeux de tous ceux qui avaient des doutes, ma capacité à vivre sous pression, à gérer des stars, une équipe, à la faire gagner et à ne pas sortir de mes gonds", insiste-t-il dans Le Parisien. Je crois que je peux désormais prétendre à des clubs de très haut niveau, en France comme à l'étranger. j'ai fait mes preuves." Kombouaré est comme le PSG : il découvre l'ambition.