PSG : "Ibra" passeur de plats

  • A
  • A
PSG : "Ibra" passeur de plats
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Le Suédois a été à l'origine des quatre buts du PSG face à Zagreb.

Ibrahimovic face au Dinamo Zagreb (930x620)

© MAXPPP

On l'avait laissé hagard, exclu face à Saint-Etienne, samedi (1-2). On l'a retrouvé souverain et quadruple passeur décisif, trois jours plus tard, contre le Dinamo Zagreb (4-0). Pour ceux qui se posaient des questions sur son implication et son envie, Zlatan Ibrahimovic a apporté la réponse la plus cinglante qui soit contre, il est vrai, une très faible équipe du Dinamo Zagreb, lors de la quatrième journée de la phase de poules de la Ligue des champions, mardi, au Parc des princes. Mardi, il s'est transformé en passeur de plats. Mais ses plats étaient faits à base de caviar.

En effet, ses quatre passes décisives sont des modèles : un centre parfait pour la volée d'Alex (16e), une ouverture dans la profondeur pour Blaise Matuidi (61e), une remise dans l'axe pour Ménez, qui a terminé le boulot* (65e) et, last but not least, une pichenette en bout de course, et au sol, pour Guillaume Hoarau, après avoir réalisé un une-deux d'école avec Blaise Matuidi, avec remise derrière le pied d'appui.

Ibrahimovic et le PSG écrasent Zagreb (4-0) :

"Ne pas marquer, ce n'est pas grave. Tout donner pour le collectif, c'est ça le plus important", s'est contenté de déclarer "Ibra" à la fin de la rencontre. Plutôt malheureux en première période (il n'y avait gagné que 17% de ses duels), le Suédois a été le grand artisan du réveil du PSG en deuxième période, ce qui lui permet désormais d'aborder la suite de la compétition avec sérénité. Avec cinq points d'avance sur le Dynamo Kiev, un match nul lors des deux derniers matches lui suffira très certainement pour se qualifier pour les huitièmes de finale.

"J'essaie d'aider mes coéquipiers", dit Ibrahimovic :

"Ibrahimovic a joué pour l'équipe comme il le fait toujours", a commenté l'entraîneur italien du PSG, Carlo Ancelotti. "C'est ce qui en fait un joueur extraordinaire. C'est un leader fantastique, il aide les autres à faire de meilleures choses." Avant le récital face à Kiev, Ibrahimovic n'avait pourtant signé qu'une seule passe décisive depuis son arrivée au PSG. C'était le 22 septembre dernier, lors de la 6e journée de Ligue 1, à Bastia, pour Jérémy Ménez. Et pour une autre victoire 4-0.

Plus rayonnant dans un 4-3-3 ?

Zlatan Ibrahimovic, à Bastia (930x620)

© MAXPPP

Face au club corse, le PSG évoluait déjà en 4-3-3 avec "Ibra" aligné aux côtés de deux joueurs de couloir, Nene et Ménez (pour Lavezzi et Ménez face à Zagreb), avec un Javier Pastore cantonné sur le banc, comme mardi soir. Dans ce dispositif, Ibrahimovic décroche beaucoup plus qu'il ne le fait dans le 4-3-1-2 habituel et évolue presque dans le rôle d'un meneur de jeu, sans attaquant à ses côtés. "Ibrahimovic en n°10, c'est une option parce qu'avec Ménez et Lavezzi qui prennent la profondeur, il peut profiter de leur vitesse pour faire parler sa qualité de passe", explique Ancelotti, qui, avec ce 4-3-3, semble désormais disposer d'une alternative solide. "Ibra fait 100 kilos. Il ne peut pas avoir l'énergie de Matuidi et courir tout le temps. Il court au bon moment. Surtout, il utilise ses qualités pour aider l'équipe et ses coéquipiers. C'est ce qui fait la différence entre un grand joueur et un champion. Lui, c'est un champion."

En commission de discipline mercredi

A ce niveau, sa passe pour Matuidi sur le deuxième but parisien est un modèle, avec un contrôle et une ouverture dans un tempo parfait. "Il marque, il fait marquer les autres, il régale. C'est la panoplie des grands attaquants. Tant mieux pour nous", a commenté le capitaine parisien, Christophe Jallet. Visiblement venu avec un plan, le Dinamo Zagreb, plutôt joueur en première période, a ensuite cédé face aux coups de boutoir du Suédois. "Il voit le jeu, certaines choses que les autres ne voient pas. On a essayé de le marquer à la culotte, de le contrer tant bien que mal mais ça n'a pas marché", a souligné le coach du club croate, Ante Cacic. Avant son passage devant la commission de discipline de la Ligue de football professionnel, mercredi, pour son exclusion face à Saint-Etienne, "Ibra" s'est en tout cas offert une très belle publicité : celle d'un joueur qui pense aux autres.

*Cette troisième passe n'est pas décisive puisque Ménez dribble ensuite un défenseur avant de tromper le gardien croate. Mais elle a été considérée comme telle par l'UEFA.