Pourquoi il faut regarder Barça-Real

  • A
  • A
Pourquoi il faut regarder Barça-Real
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Le Barça reçoit le Real Madrid mercredi (21h) en demi-finale retour du la Coupe du Roi.

Avant le retour de la Ligue des champions la semaine prochaine, place aux coupes nationales et au Clasico, le vrai, entre le FC Barcelone et le Real Madrid. Après déjà quatre confrontations cette saison (deux matches en Supercoupe d'Espagne, le match aller en Liga et le match aller en demi-finale de la Coupe du Roi), les deux équipes sont à égalité parfaite (une victoire partout, deux matches nuls et 7 buts inscrits par les deux formations). Si l'intérêt sportif ne vous saute pas aux yeux, Europe1.fr vous donne cinq autres bonnes raisons de ne pas rater la rencontre.

Beckham Real Madrid

Pour stopper l'overdose Beckham. Vous en avez marre de la "Beckhamania" ? Marre du shooting-photos permanent de la star anglaise, nouvelle recrue du PSG ? En Espagne, c'est promis, il n'y aura pas de Spice Boy, ni de "Posh" dans les tribunes qui fait semblant de s'intéresser au match. Mais si on devait lui demander son avis (c'est promis, on s'abstiendra), Monsieur B. vous dirait certainement qu'un Barça-Real est plus excitant qu'un PSG-OM. Il est d'ailleurs bien placé pour le savoir, lui qui a disputé quelques Clasicos entre 2003 et 2007 avec les Merengue (photo).

>>> A LIRE : Barça-Real : les racines de la rivalité

Pour un petit crêpage de mèches. Aucun amoureux des Clasicos ne vous le cachera. Au détour d'une conversation sur le beau jeu pratiqué par les deux équipes, n'importe quel socio évoquera forcément le côté électrique de ces matches. Rien de plus normal pour deux clubs que l'histoire n'a cessé d'opposer. Au palmarès des coups bas, on se souvient de la petite pichenette de José Mourinho sur l'oreille de Tito Vilanova (voir ci-dessous), le coup de sang de José Pinto, les tacles assassins de Pepe,… Après plusieurs duels apaisés, l'habituelle tension semble revenue. En témoigne les petites piques envoyées par conférence de presse interposée. Jordi Roura, l'entraîneur adjoint du Barça a joué sur l'ironie, lundi en conférence de presse : "je suis avec humilité les leçons prodiguées ces derniers années par Barcelone. Ne pas parler des arbitres par exemple", a-t-il expliqué quelques minutes après avoir critiqué l'homme en noir qui officiera mardi soir...

Pour voir le réveil de Benzema. Gêné par un problème au genou, l'attaquant français a raté les deux derniers matches du Real Madrid. Et même si avec sa crête et ses quelques kilos en trop il ressemble à s'y méprendre à Ronaldo (plus dans la période "Gronaldo" qu'Il "Fenomeno"), l'ancien avant-centre de l'OL a plutôt bien géré les Clasicos les années précédentes. Si José Mourinho choisit de le titulariser mardi soir, il pourrait s'agir de sa dernière chance. Auteur de 31 buts en 56 matches la saison précédente, la "Benz" tourne au ralenti en 2012-2013 (9 buts en 31 rencontres). Ça devient vraiment urgent.

Benzema

Pour assister à un nouveau record de Messi. Un Clasico n'est pas un Clasico sans un petit record battu par le quadruple Ballon d'Or. L'Argentin Lionel Messi veut inscrire son nom en haut de toutes les listes. Dans sa ligne de mire cette fois-ci ? Le record du nombre de buts marqués dans les Clasicos. Avec 17 buts en 23 matches dans les Barça-Real, "Léo" Messi n'est plus qu'à une longueur de la légende madrilène Alfredo Di Stefano.

Pour le come back de Pepe. Quand on vous parlait d'une rencontre électrique, le défenseur portugais Pepe y est souvent pour quelque chose. Régulièrement blessé à la cheville, il a décidé de se faire opérer début janvier. Histoire de ne plus rater un Clasico et de remettre à neuf sa jambe gauche qui lui sert souvent à "découper" ses adversaires. Si vous ne vous souvenez pas trop du caractère du joueur, sa bassesse sur Messi l'année dernière devrait vous rafraichir la mémoire…