Pourquoi Ferguson a toujours les clés de Manchester United

  • A
  • A
Pourquoi Ferguson a toujours les clés de Manchester United
@ Maxppp
Partagez sur :

CORDON OMBILICAL - Le mythique entraîneur de Manchester United va aider à trouver un successeur à David Moyes.

David Moyes (930x620)

© REUTERS

Contexte. L’entraîneur de Manchester United David Moyes a été démis de ses fonctions mardi, seulement 10 mois après son intronisation. Le technicien écossais, qui avait réalisé des miracles à Everton, avait été officiellement choisi par son prédécesseur et compatriote, Sir Alex Ferguson. A l’époque, cette succession semblait naturelle et tout le monde accordait - médias, supporteurs, dirigeants du club - du crédit aux deux protagonistes. Aujourd’hui, Sir Alex Ferguson a validé le licenciement de Moyes, et lui cherche un remplaçant.

Omniprésent au club. S’il a quitté son poste de manager le 8 mai 2013, après 26 ans de bons et loyaux services, Sir Alex Ferguson garde toujours un œil plus qu’attentif sur son club de cœur. "Il est présent à quasiment tous les matches à domicile, à Old Trafford, et même à certaines rencontres à l’extérieur", affirme le spécialiste du football anglais pour Europe 1, Salim Baungally. "Cette omniprésence a été d’ailleurs critiquée. Soit parce qu’il venait pour légitimer le choix David Moyes, soit pour rappeler aux autres que le vrai patron d’United, c’était lui". Et en coulisses, Ferguson tient toujours un rôle prépondérant. Il est notamment le bras droit du vice-président Ed Woodward. "Officiellement, il n’a plus aucun rôle, officieusement, il est encore tout", affirme le journaliste anglais John Palfrey, au micro Europe 1.

Palmarès d'Alex Ferguson, 930

© REUTERS

A la différence près que "Ferguson n’a plus besoin de Manchester United, c’est Manchester United qui a besoin de lui", analyse Salim Baungally. Et de développer: "C’est un pan de l’histoire du club. Il va continuer de soutenir les dirigeants. Avec lui, Manchester a tout gagné. C’est la caution des propriétaires du club, la famille Glazer." Et quand bien même Moyes a été l’une des bides les plus retentissants de l’histoire du club (c’est la première fois depuis 1932 qu’un manager est limogé aussi rapidement à United, ndlr), Ferguson reste incontournable.

Moyes, c’est aussi l’échec de Ferguson. Outre-Manche, les tabloïds s’y en sont donnés à cœur joie. Moyes, "l’élu" -Chosen one, dans la langue de Shakespeare -, est petit à petit devenu celui qui devait partir, the Chosen gone. Les supporters ont même fait affréter un avion au-dessus du stade d'Old Trafford avec une banderole "Wrong one - Moyes out", (mauvais choix, Moyes dehors) pour demander la tête de celui-ci.

Banderole anti David Moyes

© Reuters

Un échec personnel pour David Moyes, mais aussi celui de Sir Alex Ferguson. Son "élu" n’a en effet pas été capable de supporter la pression et de maintenir Manchester United dans les hautes sphères du football anglais et européen.

Le quotidien britannique The Guardianexplique en effet qu’en dépit de cet échec, les Red Devils feront une nouvelle fois confiance à Sir Alex Ferguson. "Il jouera une nouvelle fois un rôle-clé", titre ainsi le Daily Telegraph qui explique ensuite que Sir Alex aura "son mot à dire sur le successeur de David Moyes". S’il a "une part de responsabilité", estime Salim Baungally. "Ferguson lui a laissé un cadeau empoisonné. L’équipe était en fin de cycle, et même si Mourinho, Guardiola ou un autre avaient repris le club, le résultat cette saison aurait été le même."

Louis van Gaal pressenti à Manchester United

© Reuters

Fini les novices, place à l’expérience. Cette fois-ci, le profil recherché est quelque peu différent. Fini les techniciens inexpérimentés sur la scène européenne et place à des "valeurs refuges". L’entraîneur du Real Madrid Carlo Ancelotti, deux Ligues des champions en tant que joueur et deux en tant qu’entraîneur avec le Milan AC, est régulièrement cité dans la presse britannique. Celui de Louis van Gaal aussi. Actuellement à la tête des Pays-Bas, il quittera son poste à l’issue de la Coupe du monde. Si Ryan Giggs assure pour l’heure l’intérim, Manchester United ne fera pas une seconde fois la bêtise de nommer un manager inexpérimenté et, selon John Palfrey, le prochain coach aura un argument supplémentaire par rapport à Moyes, "il pourra dire «je veux les pleins pouvoirs, ce coup-ci c’est moi qui vais décider» et se débarrasser de l’ombre tutélaire qu’est Alex Ferguson".

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

EFFET IMMÉDIAT - Moyes fait gagner 146 millions à Manchester

RECONVERSION - Giggs assure l'intérim

LICENCIEMENT - David Moyes débarqué de Manchester United