Aulas et le "petit" Labrune, l'autre choc d'OM-PSG

  • A
  • A
Aulas et le "petit" Labrune, l'autre choc d'OM-PSG
@ Philippe DESMAZES/AFP
Partagez sur :

Jean-Michel Aulas, le président de Lyon, a profité du classique entre l’OM et le PSG pour glisser quelques tacles à son homologue marseillais, Vincent Labrune.

Oubliez OM-PSG. Le vrai sommet du clash, cette saison, c’est Marseille-Lyon. Jean-Michel Aulas, le président de l’OL, a profité du classique de la Ligue 1 pour régler ses comptes avec le président de l’OM. "J'imagine que Vincent Labrune va faire un ajout à son rapport - jets de projectiles, vitre du car Parisien brisée, laser sur les joueurs !", a posté l’homme fort du club lyonnais, quelques instants après la fin du match entre l’OM et le PSG.

Les références de Jean-Michel. Jean-Michel Aulas faisait ainsi référence aux incidents qui ont émaillé l’avant-match de dimanche soir. En effet, une vitre du bus du PSG a été brisée par une balle de golf, juste avant l’arrivée au stade Vélodrome. Durant la partie, des lasers ont également été pointés à plusieurs reprises sur des joueurs du PSG, notamment au moment de tirer des corners. Quatre supporters marseillais ont eux été placés en garde à vue pour des incidents d’avant-match.

Le dossier de l’OM contre Jean-Michel. Le président lyonnais a aussi évoqué dans son tweet un "rapport" de Vincent Labrune. Car la guerre des mots entre les deux hommes forts de l’OL et de l’OM a franchi un nouveau cap, ce week-end. En effet, Jean-Michel Aulas est convoqué le 14 avril prochain devant le conseil national de l’éthique pour ses critiques sur l’arbitrage de Lyon-PSG (1-1), en février dernier. Or, le Parisien a révélé samedi 4 avril que "le club marseillais a monté un dossier anti-Aulas d'une dizaine de pages retraçant ses supposés méfaits contre l'arbitrage et plus généralement le monde du ballon rond." En résumé : l’OM espère démontrer que Jean-Michel Aulas est un récidiviste, afin d’alourdir sa sanction.

Les smileys de Jean-Michel. Cette information du Parisien avait provoqué la fureur de Jean-Michel Aulas, qui avait immédiatement répliqué sur Twitter en condamnant Vincent Labrune. Le soir même, le président lyonnais s’était fendu d’un autre post, avec sa légendaire subtilité. "Attendons avec sérénité le Clasico :  2 grandes équipes, 2 grands entraîneurs, 1 grand et 1 petit président que le meilleur gagne mais 1 nul", avait-il écrit, avec un petit smiley qui tire la langue pour conclure son message.

>> LIRE AUSSI - Le car du PSG attaqué à la balle de golf

>> LIRE AUSSI - Paris dompte l'OM et reprend la tête de la Ligue 1

>> LIRE AUSSI – OL : Aulas convoqué devant le Conseil national d’éthique

>> LIRE AUSSI – Aulas dézingue l’arbitrage après OL-PSG