OM : Vincent Labrune et Philippe Perez remis en liberté

  • A
  • A
OM : Vincent Labrune et Philippe Perez remis en liberté
@ Maxppp
Partagez sur :

Après les anciens présidents de l'Olympique de Marseille, Pape Diouf et Jean-Claude Dassier, le président actuel et le directeur général du club ont été remis en liberté mercredi soir.

Après près de 36 heures de garde à vue, ils sont sortis libres. Pape Diouf et Jean-Claude Dassier, les anciens présidents de l'Olympique de Marseille sont sortis de garde à vue mercredi soir. Ils ont vite été suivis par Vincent Labrune, le président actuel du club, et Philippe Perez, son directeur général. "Aucune charge n'a été retenue à leur encontre", a précisé le club. Les quatre hommes étaient entendus depuis mardi matin dans le cadre d'une affaire financière autour de certains transferts de joueurs. Au total, une quinzaine de personnes - membres ou ex-membres de l'encadrement du club ou intermédiaires et agents de joueurs, agents administratifs, avocat - ont été entendus dans le cadre de cette enquête.

>> LIRE AUSSI - La justice s'intéresse à l'OM

Les gardes à vue avaient été prolongées. C'est mardi matin que Vincent Labrune, Jean-Claude Dassier, Pape Diouf et Philippe Perez ont été placés en garde à vue. Cette mesure avait été prolongée de 24 heures mercredi matin pour les quatre hommes.

>> LIRE AUSSI - Bouchet : "un coup dur porté à l'OM"

Des questions sur le transfert de Gignac. L'enquête menée par la sous-direction de la lutte contre le crime organisé et la délinquance financière (SDCOF) et de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) s'intéressait particulièrement au transfert d'André-Pierre Gignac, sur lequel les quatre hommes étaient soupçonnés de pratiques illégales.

D'un montant de 18 millions d'euros et négocié par l'agent du joueur, Jean-Christophe Cano, le transfert de Gignac, de Toulouse à l'OM, aurait donné lieu à des commissions en faveur des différents acteurs en jeu. À l'époque, c'est Jean-Claude Dassier qui dirigeait l'OM, alors que Vincent Labrune en était le président du Conseil de surveillance. Ce dernier validait alors les opérations financières du club.