OL : une Real menace ?

  • A
  • A
OL : une Real menace ?
@ REUTERS
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Lyon dispute son barrage aller, mardi soir, contre les Espagnols de la Real Sociedad.

Dans une Liga cannibalisée par le Barça et le Real, les autres clubs espagnols restent relativement méconnus dans nos contrées, à l'exception de quelques initiés. C'est le cas notamment de la Real Sociedad, que l'Olympique lyonnais affronte en barrage aller de la Ligue des champions, mardi, au Stade Gerland (20h45). Europe1.fr vous présente un adversaire qui pourrait venir pourrir le bel été de l'OL en lui barrant la route de la prestigieuse (et lucrative) Ligue des champions.

Philippe Montanier (930x620)

© MAXPPP

Quatrième sortant de la Liga. Sans vouloir manquer de respect au Stade Rennais, la décision au printemps dernier du technicien français Philippe Montanier de quitter la Real Sociedad, quatrième de Liga et qualifiée pour le barrage de la Ligue des champions, pour rejoindre les Rouge et Noir, 13es de Ligue 1, a étonné. En deux saisons, l'ancien entraîneur de Boulogne a en effet fait du club basque l'une des nouvelles forces du championnat espagnol derrière les intouchables Barça et Real. Pour ce faire, il a mis en place un jeu chatoyant, s'appuyant sur la vitesse d'exécution et la circulation de balle. "C'est une équipe qui joue bien au ballon, qui joue bien en mouvement et qui, techniquement, est très douée", a souligné lundi Yoann Gourcuff. Cette prime au beau jeu n'empêche pas les résultats. La saison dernière, la Real n'a en effet concédé qu'une seule défaite sur la phase retour. Pour assurer la continuité du jeu (et pourquoi pas des résultats), c'est l'adjoint de Montanier, Jagoba Arrasate, qui a pris en main les rênes de l'équipe.

Seferovic (930x620)

© REUTERS

Peu de stars, beaucoup de locaux. Montanier n'est pas le seul à avoir quitté la Real Sociedad cet été. Le club basque a également perdu l'un de ses poumons, le milieu de terrain Asier Illarramendi, passé de la Real au Real (Madrid). Illaramendi est un pur produit maison, comme bon nombre de joueurs actuels de l'effectif : ils sont en effet treize à avoir été formés au club, un club qui, à l'instar de son rival local de l'Athletic Bilbao, accorde une grande importance au "pedigree" de ses joueurs. L'effectif a été renforcé cet été par l'arrivée d'Esteban Granero, prêté par les Queens Park Rangers, relégués en deuxième division anglaise. Arrivé cette semaine, le transfuge devrait être trop juste pour être aligné à Gerland mardi soir. Ce ne sera pas le seul absent de marque puisque l'attaquant Imanol Agirretxe, touché à une cuisse, est forfait. Mais la Real a encore des arguments à faire valoir, à commencer par le jeune attaquant mexicain Carlos Vela, 24 ans, passé par Arsenal, et le Suisse Haris Seferovic (photo, à l'origine du but vainqueur face au Brésil, mercredi). Ces deux joueurs, auteurs des deux buts le week-end dernier contre Getafe, en ouverture de la Liga (2-0), devraient être alignés à Gerland aux côtés du Français Antoine Griezmann, lui aussi formé au club.

La Real s'impose 2-0 face à Getafe :



Griezmann (930x620)

© MAXPPP

Griezmann, le local. Si la Real sonne très hispanique - son gardien, Claudio Bravo, est international chilien -, elle compte néanmoins dans ses rangs un Français, Antoine Griezmann, pour qui cette rencontre face à l'OL a une saveur particulière. En effet, plus jeune, le natif de Mâcon, supporter de l'OL, s'est vu refuser la porte de plusieurs centres de formation, dont celui de l'OL : il a été jugé "trop petit". "Ce sera la première fois pour moi en match officiel avec la Real Sociedad que je jouerai en France", a-t-il expliqué. "Il n'y a aucune revanche à prendre. Il y a beaucoup de jeunes qui essaient dans des clubs et les clubs refusent. Mais voilà, on va dire que, grâce à eux, je suis à la Real Sociedad, je prends beaucoup de plaisir et je vais jouer un match de Ligue des champions." Depuis ses débuts chez les pros, en 2009, Griezmann, 22 ans, a fait son trou à la Real, dont il est devenu un élément important. On a longtemps cru aussi qu'il allait s'imposer de la même façon en sélection. Mais sa virée nocturne avec les Espoirs en octobre 2012 a mis un frein à ses aspirations bleues. Griezmann a en effet été suspendu de toute sélection nationale jusqu'au 31 décembre prochain.

Essien face à la Real (930x620)

© REUTERS

Un air de revanche. Lyon-Real (Madrid), c'est un classique. Mais Lyon-Real (Sociedad), ce n'est pas inédit. Les deux clubs se sont en effet affrontés en match amical en préambule de la saison 2012-13 pour un résultat final de 1-1. Griezmann avait inscrit le but basque... Mais, c'est bien évidemment l'autre (double) confrontation qui est aujourd'hui dans tous les esprits. Lors de la saison 2003-04, l'OL avait éliminé la Real Sociedad de la Ligue des champions au stade des huitièmes de finale (1-0, 1-0). C'est Juninho qui avait assuré la qualification lyonnaise en inscrivant le but vainqueur lors du match retour. A l'époque ("c'était il y a 3.451 jours" relève Marca), Griezmann était dans les tribunes pour encourager l'OL. Mardi, il va tenter de porter la Real.