Novembre, un faux problème au PSG

  • A
  • A
Novembre, un faux problème au PSG
@ MAXPPP
Partagez sur :

FOOT - Après sa défaite (2-1) contre Rennes, le PSG connaît un début de crise. Une habitude ?

Samedi soir, le PSG a concédé une deuxième défaite de rang en championnat (2-1) contre Rennes. Pire, à 11 contre 9, les joueurs de la capitale ont frisé le ridicule pendant une bonne partie du match. Carlo Ancelotti n'a pas cherché à minimiser après la rencontre : "je n’ai aucun problème à reconnaître qu’il y a une crise". Le coach italien a lâché le mot que la presse attendait. En novembre, le PSG semble connaître quelques difficultés. Mais est-ce vrai chaque année ? Europe1.fr a plongé dans les archives de la Ligue 1. 

La crise au mois de novembre ?

Avec un point en trois matches, le PSG est clairement en-dessous de ses résultats pour le seul mois de novembre au cours de ces 10 dernières années. Même s'il reste encore une rencontre (samedi prochain face à Troyes), les Parisiens pourront au maximum totaliser 4 points ce mois-ci. Or sur ces 10 dernières années, la moyenne de points du club de la capitale en novembre est de 4,6 points. Durant les dix dernières saisons, Paris a connu quatre autres mois de novembre difficiles (2002, 2005, 2006 et 2007) mais cinq saisons au-delà de sa moyenne. Autrement dit, et contrairement à ce qui est annoncé chaque année, le mois de novembre n'est pas synonyme de crise au PSG.

Nene

Kombouaré meilleur qu'Ancelotti ?

Ancelotti
Là aussi, c'est une affirmation qu'on entend assez souvent ces dernières semaines. A la même époque de l'année dernière (c'est-à-dire après 13 journées), Paris totalisait 30 points (9 victoires, 3 nuls et 1 défaite seulement). Le Paris d'Ancelotti accuse donc 7 points de retard par rapport à la saison dernière. En revanche, le coach italien fait mieux qu'Antoine Kombouaré lors de ses deux premières saisons (Paris était 5e avec 20 points en 2010 et 12e avec 17 points en 2009). Là aussi, il est incorrect de dire que Kombouaré fait mieux qu'Ancelotti.

Le vrai problème, la vie sans Zlatan ?

Paris joue moins bien sans son attaquant vedette, Zlatan Ibrahimovic. Ça aussi, c'est une affirmation qu'on entend régulièrement depuis le début de la saison. Le calcul est rapide. Paris a disputé 3 matches sans sa star suédoise et Paris n'a gagné… aucun match (0-0 à Ajaccio, 1-1 à Montpellier et défaite 2-1 contre Rennes, samedi dernier). Cette affirmation est donc vraie : Zlatan est indispensable au PSG.