Les footballeurs en vacances n'ont pas tous les droits

  • A
  • A
Les footballeurs en vacances n'ont pas tous les droits
@ Fadel SENNA/AFP
Partagez sur :

DROIT - Benzema risque une amende pour avoir sauté en parachute lors de ses vacances en Dubaï.

Karim Benzema en parachute (1280x640)

© DR

Lors de ses dernières vacances, Karim Benzema s'est sans doute senti libre comme l'air quand il a effectué sa chute libre dans le ciel de Dubaï. Sauf que l'atterrissage risque d'être douloureux. En effet, l'international français devrait être sanctionné financièrement par son club pour avoir violé une disposition du règlement intérieur de son club, qui interdit à ses joueurs de pratiquer certaines activités dites à risques. "Vous pourrez me dire, ça le regarde et ça ne regarde pas le Real. Sauf que le Real l'a assuré, paie des primes d'assurance et il perdrait donc le bénéfice de l'assurance si le joueur avait un pépin en faisant ça", relève Guy Roux, consultant Europe 1 et célèbre pour avoir veillé de très près à l'hygiène de vie de ses joueurs. "Le Real a un règlement intérieur. Benzema a fait une faute par rapport au règlement intérieur, qu'il soit sanctionné est logique."

>> LIRE AUSSI : Benzema puni par le Real Madrid pour un saut en parachute ?

La position du club se tient même à deux niveaux, comme le souligne pour Europe 1 Christophe Bertrand, avocat du cabinet Bertrand & Associés, cabinet spécialisé dans le droit du sport. "Il y a d'abord l'intégrité physique du joueur, que le club paie. Il espère donc qu'il reste en bonne santé. Et puis il y a l'assurance. Si la blessure a lieu sur un terrain ou éventuellement en voiture au retour de l'entraînement, l'assurance couvrira le coût mais si la blessure a lieu en dehors du cadre professionnel, le club ne touchera rien et pourrait même perdre le bénéfice d'un transfert éventuel si le joueur venait à être gravement blessé." Et forcément, quand on parle d'un actif valorisé à 43 millions d'euros et qui émarge à plus de 7 millions de salaire annuels, on fait attention à son état de santé...

Inscrit à la charte du football professionnel. En France, la charte du football professionnel, à laquelle sont soumis les acteurs du monde pro, détaille les sports prohibés, au premier rang desquels figure le... football. Voilà précisément ce que dit l'article 278 de la charte, disponible sur le site officiel de la Ligue de football professionnel : "en dehors des matches ou de l’entraînement, il est interdit à un joueur de pratiquer le football, de monter à cheval, de faire du ski, de prendre place dans un avion de tourisme et de pratiquer tous autres sports (telle la pêche sous-marine) sans l’autorisation du président du club après avis de l’entraîneur. En cas de manquement à cette disposition, le club devra saisir la commission juridique de la LFP."

Les clubs sont donc protégés par ce texte et se protègent également via leur règlement intérieur et les contrats signés avec les joueurs. Avant Benzema, deux autres joueurs du Real Madrid, le gardien Iker Casillas et le milieu de terrain Asier Illarramendi, avaient ainsi été récemment sanctionnés : le premier pour la conduite d'un scooter, le deuxième pour avoir participé à une féria (oui, oui). A notre ère 2.0, les fautifs sont d'autant plus facilement identifiés que le bruit de leurs exploits ne cessent de courir sur les/leurs réseaux sociaux.

Une fois la faute identifiée, le club définit ensuite le régime de sanctions. "Amende, mise à pied, suspension à titre conservatoire, rupture anticipée du contrat : la gamme est large", précise Christophe Bertrand. "Le club y voit son intérêt. S'il souhaite que le joueur soit présent le week-end suivant, il ne va pas le suspendre, mais plutôt lui infliger une amende, ce qui est fréquent en Espagne ou en Angleterre." Et Guy Roux, que faisait-il ? "Je n'avais pas de dispositions, au contraire, je leur demandais d'aller au ski, alors que ce n'était pas recommandé. Je les emmenais quatre fois en stage, en altitude. En revanche, je n'aimais pas les voir à moto ou en mobylette. (...) C'est spectaculaire que Benzema ait sauté en parachute mais le saut en parachute sportif moderne n'a rien de dangereux. On arrive debout, ce n'est plus le roulé-boulé des parachutistes de 1945. Il y avait moins de danger pour Benzema que dans sa voiture à 200 chevaux." Problème, Benzema aime aussi conduire sa voiture à 200 chevaux...