Montpellier, une victoire et la tête

  • A
  • A
Montpellier, une victoire et la tête
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - Les Héraultais se sont imposés (3-1) et prennent trois points d'avance sur le PSG.

Nouvelle défaite pour Marseille. Dans un Vélodrome clairsemé et à l'ambiance pesante, l'OM a concédé mercredi une nouvelle défaite 3-1 sur ses terres face à Montpellier, qui conforte sa première place en tête du championnat de France à l'issue de ce match en retard de la 30e journée de L1.

Le club héraultais compte désormais trois points d'avance sur le Paris Saint-Germain (66 contre 63), Lille occupant la troisième marche du podium à dix longueurs du leader. Un doublé de Younes Belhanda et un but d'Olivier Giroud ont signé le succès de Montpellier, Stéphane Mbia inscrivant l'unique but de Marseille.

Triste record de défaites pour l'OM

L'OM reste désormais sur 12 rencontres sans victoires, dont 11 défaites, la pire série jamais enregistrée dans l'histoire du club. A quelques jours des retrouvailles avec Lyon, samedi en finale de la Coupe de la Ligue, pour la dernière chance marseillaise d'accrocher un sésame européen pour la saison prochaine, Didier Deschamps avait choisi de modifier largement son équipe-type.

L'entraîneur de l'OM a logiquement laissé au repos son meilleur artificier, Loïc Rémy, auteur de dix buts en championnat mais hors de forme, et le défenseur César Azpilicueta, touché à la cheville dimanche dernier au Parc des Princes. Il a aussi profondément remanié son secteur offensif avec la mise sur le banc de Mathieu Valbuena, de Morgan Amalfitano et d'André Ayew tandis que Djimi Traoré a remplacé Jérémy Morel en défense.

Pas de quoi se réconcilier avec les supporters qui avaient opté pour une grève des applaudissements, affichant au passage des des messages sans ambiguïté tels “"Le soutien se mérite" ou encore “"Restez fidèles à vous-même... Perdez". Pire, André-Pierre Gignac, sorti à la 61e minute alors que son équipe était menée 2 à 1, a refusé mercredi de serrer la main tendue par son entraîneur, accentuant encore un peu plus le malaise qui règne à l'OM