Monaco tient le choc face au PSG

  • A
  • A
Monaco tient le choc face au PSG
Le PSG et Monaco se sont séparéssur un résultat nul à l'issue d'un match engagé.@ MAXPPP
Partagez sur :

EN UN CLIC - Les deux équipes ont fait match nul, dimanche (1-1). Falcao a répondu à Ibrahimovic.

Le moment où tout a basculé* : On jouait à peine depuis un quart d'heure de jeu quand on a vu Thiago Silva, le capitaine et taulier de la défense du PSG, se diriger vers le banc de touche les bras ballants et la démarche hésitante. Touché à une cuisse, le joueur brésilien a dû quitter la pelouse. Alex également forfait pour cette rencontre, Laurent Blanc a alors fait appel à son seul défenseur central de métier dont il disposait sur le banc : Zoumana Camara, qui allait donc faire la paire avec Marquinhos, dont c'était les débuts en Ligue 1. Patatras ! Moins de cinq minutes plus tard, "Zoum" se faisait devancer par ce renard de Falcao, sur un centre au premier poteau de Joao Moutinho. Le Colombien (de la tête ? De l'omoplate ?) inscrivait son cinquième but de la saison et permettait à Monaco de revenir au score (1-1). En fin de match, l'ancien joueur de l'Atletico Madrid fut tout près d'inscrire le même but, depuis le côté droit. Mais, cette fois, Camara veillait...

22.09 Ibrahimovic, paris, psg, foot, monaco.

© Reuters

Le geste technique : Beaucoup avaient présenté ce choc au sommet de la 6e journée de Ligue 1 comme la confrontation entre Edinson Cavani et Radamel Falcao. Mais c'était oublier que la star n°1 au PSG reste Zlatan Ibrahimovic. Il n'a pas fallu longtemps au géant suédois pour nous le rappeler. Sur une magnifique action développée côté gauche (ouverture de Thiago Silva puis centre de Maxwell), Zlatan se montra plus prompt que l'ensemble de la défense monégasque pour propulser le cuir au fond des filets d'un geste acrobatique comme il en a le secret. Malgré plusieurs éclairs - plusieurs déviations de la poitrine, une reprise des 35 mètres sur un pas, une en talonnade -, "Ibra" a également manqué de précision, sur plusieurs occasions franches et quelques coups francs bien placés, toujours mal tirés.

Le loser : Au sens premier ce "celui qui perd". En étant repositionné à droite, comme c'est le cas également en équipe d'Uruguay, Edinson Cavani perd une grande part de son efficacité. Dimanche, le choc face à Monaco lui a échappé. Très discret pendant une demi-heure, il a d'abord manqué le cadre sur une frappe croisée sur une talonnade géniale d'"Ibra". Contraint à un travail de replacement défensif, il a finalement dû attendre le temps additionnel pour voir Cavani se montrer dangereux : il buta tout d'abord sur Danijel Subasic avant de voir sa tête fuir le cadre sur la toute dernière action de la partie. Décevant.

Sakho au Parc (930x620)

© MAXPPP

L'atout charme : Alors qu'Alex était forfait et que Thiago Silva s'est blessé durant la partie, l'ironie de l'histoire a voulu qu'un hommage soit rendu avant la rencontre à un autre défenseur central, l'enfant du pays, Mamadou Sakho, formé au club et transféré en fin de mercato à Liverpool. Vêtu d'une chemise à carreaux et portant son enfant dans les bras, l'international tricolore a paru très ému au moment de fouler la pelouse du Parc. "Merci Sakho ! Merci !", ont chanté les virages, avant que le nouveau joueur des Reds, 23 ans, ne laisse entendre que l'histoire entre le Parc et lui n'était peut-être pas finie…

Le tifo : Sans vouloir manquer de respect à Ajaccio ou à Guingamp, les deux premiers visiteurs de la saison au Parc, la réception de Monaco constituait la première grosse affiche de la saison pour le PSG à domicile. Et, pour l'occasion, le club avait organisé un joli tifo sur l'ensemble du stade. Assez bruyant pendant le premier quart d'heure, le Parc s'est ensuite tu petit à petit, notamment au cours d'une deuxième mi-temps aux vertus émollientes. Nombreux sont même ceux qui ont quitté l'enceinte de la Porte de Saint-Cloud alors qu'il restait près d'une dizaine de minutes à jouer. Un peu triste, quand même.

Supporters de Monaco au Parc (930x620)

© REUTERS

Le chant : "Allez Monaco !" Il est toujours assez étrange d'entendre ce chant résonner dans un stade. Et pourtant, les 900 supporters monégasques peuvent être assez fiers de leur "performance", dimanche soir. Ils ont encouragé leur équipe avec ferveur et se sont même permis un petit excès d'optimisme quand les spectateurs parisiens avaient déjà quitté le Parc. "On va être champion, on va être champion'", ont-ils chanté. Pour l'instant, on ne peut en être sûr. Mais, au soir de la 6e journée, l'ASM est en tout cas un solide leader de la Ligue 1. 

*>> Voir la "bible" d'Europe1.fr en short