Monaco, le plus portugais des clubs français

  • A
  • A
Monaco, le plus portugais des clubs français
@ REUTERS
Partagez sur :

Le club de la principauté affronte le Benfica Lisbonne, mercredi soir en Ligue des champions.

A Monaco, le Portugais est une langue très pratiquée. Et ça sera encore le cas mercredi soir au Stade Louis II lors de la 3e journée de Ligue des champions. Pas uniquement à cause de l’afflux des fidèles supporters du Benfica Lisbonne. Car depuis deux saisons le club de la Principauté a recruté énormément au Portugal, et à tous les niveaux : staff, encadrement, joueurs... Europe 1.fr vous présente le Rocher do Portugal.

Le staff. Cet été, Claudio Ranieri a été remplacé par Leonardo Jardim, du Sporting Portugal. Les dirigeants ont apprécié la belle deuxième place en Ligue 1 l'an dernier, mais ils en veulent plus. Les débuts de l'entraîneur lusitanien sont pourtant difficiles : le club occupe seulement la 10e place du championnat, après dix journées. Seul point positif, et d'ampleur : les 4 points en deux rencontres de Ligue des champions, grâce à la victoire contre Leverkusen (1-0) et au match nu au Zénith Saint-Pétersbourg (0-0).

Mais Jardim n'est pas le seul à avoir garni l'organigramme. En 2013, un autre Lusitanien a été nommé : Luis Campos. Le directeur technique est un ancien du FC Porto. Un club qui est un modèle pour l’AS Monaco. En effet, les dirigeants monégasques ambitionnent de recruter des jeunes joueurs et de les revendre très chers, comme l’équipe portugaise. Et de rester compétitif, comme le FC Porto. Pour rappel, les "Dragons" ont remporté la Ligue Europa en 2011 avec, justement, d’actuels joueurs de l'ASM.

Jardim n'a plus le droit à l'erreur.

© REUTERS

Les joueurs. Ils sont portugais, et des piliers de l’équipe de la Principauté. Arrivé libre à l’été 2013, le défenseur central Ricardo Carvalho a été recruté pour apporter son expérience à l’arrière-garde de l’AS Monaco. L’an dernier, l’ancien joueur du Real Madrid a été très bon et a largement contribué à la jolie deuxième place du club. Mais cette année il a du mal, comme toute son équipe.

Son compatriote Joao Moutinho n'a, lui, que peu convaincu depuis son arrivée. Recruté 25 millions d’euros au FC Porto, aussi en 2013, le milieu de terrain n’a jamais réitéré ses performances qui lui ont permis de remporter la Ligue Europa en 2011 avec son ancien club. N’oublions pas le jeune Espoir Bernardo Silva, recruté en prêt cet été du Benfica Lisbonne. Et les défenseurs Wallace, brésilien, et Echiejilé, nigérian, ont tous deux débarqué du Sporting Braga. Mais pourquoi, au juste, tant de connexions avec le championnat portugais ?

Ricardo Carvalho face au PSG.

© REUTERS

L’agent tout puissant. La raison de cette idylle avec la Liga Sagres s’appelle Jorge Mendes. Vous ne le connaissez peut-être pas, mais c’est pourtant une des personnes les plus influentes du football mondial. Car l’agent de joueurs comme Cristiano Ronaldo, Angel Di Maria ou encore José Mourinho est un acteur incontournable du Rocher. C’est lui qui couve ses poulains monégasques : Bernardo Silva, le Brésilien Fabinho, Joao Moutinho ou encore Ricardo Carvalho.  

C’est aussi Mendes qui avait fait venir Falcao et James Rodriguez en 2013, avant de les revendre un an plus tard à Manchester United et au Real Madrid. Deux transferts qui avaient provoqué la colère des supporters de l’AS Monaco, qui avaient taggué "Mendes = mafia" près du centre d’entrainement du club. Mais sans lui, où serait l’AS Monaco à l’heure actuelle ? Certainement pas sur le point d’affronter Benfica en Ligue des champions.