Manchester : ce qui sépare City de United

  • A
  • A
Manchester : ce qui sépare City de United
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Le titre de champion d'Angleterre peut basculer lundi soir lors du derby de Manchester.

Lundi soir, à l'Etihad Stadium de Manchester, les deux équipes de la ville, City et United, s'affrontent dans le cadre de la 36e journée de Premier League. Europe1.fr vous présente ce qui sépare les deux clubs, en lice pour le titre de champion d'Angleterre.

Les couleurs. Le derby de Manchester, c'est d'abord le match des Bleu ciel contre les Rouges. A ses débuts, lorsqu'il s'appelait encore Newtown Heath, Manchester United jouait en vert et or. Ce n'est que lorsqu'il a pris son nom actuel, en 1902, que le rouge du maillot s'est imposé. Depuis, les joueurs de United ont gagné le surnom de "Red Devils", les Diables Rouges. La couleur du maillot des Citizens, bleu Cambridge, est encore plus ancienne et remonte à 1894. Même si l'aspect des maillots extérieurs a pu varier, aucun des deux Manchester n'a depuis lâché ses couleurs d'origine.

>> En savoir plus sur l'historique des deux clubs

Trois points. United et City vont disputer lundi le 160e derby de leur histoire. Les Red Devils mènent assez largement lors de leurs confrontations, avec 68 victoires, pour 50 nuls et 44 victoires de City. Au classement du championnat aussi, United est devant, avec 83 points contre 80. Mais, cette avance, qui avait grimpé à huit unités à sept journées de la fin, a fondu. Et City est désormais en position de repasser devant son rival, à deux journées du terme du championnat. Malgré un antagonisme long de 131 ans, les deux clubs ont rarement été rivaux pour le titre. La seule fois où ils ont terminé aux deux premières places du championnat, c'était en 1967-68. City avait alors battu United 2-1, à neuf journées de la fin. Cela reste le dernier titre des Citizens.

Wayne Rooney face à Manchester City, 930

© REUTERS

Dix-sept titres de champion. City n'a été champion qu'à deux reprises, en 1937 et 1968. En 1968, comme pour faire de l'ombre à son voisin, United avait décroché cette année-là le premier de ses trois titres de champion d'Europe. Durant les années 1990 et 2000, pendant que Sir Alex Ferguson amassait les titres, City végétait, entre première, deuxième et même troisième division. L'an dernier, les Citizens ont enfin remporté un titre, la Coupe d'Angleterre, le premier depuis 25 ans. Quelques jours plus tard, United était sacré champion d'Angleterre pour la 19e fois de son histoire, battant le record de Liverpool... Mais, depuis 2008 et le rachat par le cheikh Mansour d'Abu Dhabi, City est décidé à ne plus vivre dans l'ombre de son voisin. "Nous ne voulons pas juste gagner le championnat", a déclaré en conférence de presse l'entraîneur de City, Roberto Mancini. "Je veux laisser un héritage. Je veux que les supporters de City se souviennent de moi." Mancini a déjà marqué l'histoire du club. Le 23 octobre, son équipe a signé une victoire record sur la pelouse de son rival, à Old Trafford : 6-1.

City bat United 6-1 lors du match aller :

Carlos Tevez, 930

© REUTERS

Plusieurs millions de livres. Longtemps "deuxième" club de Manchester, City est aujourd'hui devenu un grand d'Angleterre. Il le doit à l'argent injecté par le fonds d'investissement d'Abu Dhabi, qui a déboursé plus d'un milliard d'euros depuis son arrivée au club en 2008. La liste des transferts depuis quatre ans donne le tournis : Robinho, Craig Bellamy, Nigel de Jong, Gareth Barry, Kolo Touré, Emmanuel Adebayor, Carlos Tevez (photo), Yaya Touré, David Silva, Mario Balotelli, Edin Dzeko, Samir Nasri, Sergio Agüero... A l'opposé, United présente un effectif plus homogène, entre cadres anglais (Ferdinand, Rooney), légendes du club (Giggs, Scholes, sorti de sa retraite après quelques mois), jeunes formés au club (Evans, Welbeck) et paris sud-américains (l'Equatorien Valencia, le Mexicain Hernandez). Pour autant, malgré la somme des talents réunis à City, United demeurerait le club le plus riche du monde, selon une estimation du magazine américaine Forbes. Il vaudrait actuellement 2,24 milliards de dollars, soit 1,68 milliard d'euros.

Quelques kilomètres. Comme son nom l'indique, City se présente comme "le" club de la ville de Manchester. United a été fondé par des cheminots à Newtown Heath et s'est installé à Old Trafford, deux localités situées à l'écart du centre-ville. Les supporters de City considèrent ainsi les fans de United comme des banlieusards et des gens extérieurs à la ville, et ce d'autant plus facilement qu'au fil de ses succès, United s'est construit un "réseau" de fans qui compte aujourd'hui près de 350 millions de personnes à travers le le monde. Les fans de City ont même poussé le vice jusqu'à brandir une banderole "Bienvenue à Manchester" lors de l'arrivée de Carlos Tevez, transféré de United à City à l'été 2009. Après être parti six mois en Argentine en raison d'un différend avec son entraîneur, Tevez a affirmé lundi dans la presse son souhait de rester à Manchester City. Auteur de quatre buts en trois matches, l'Argentin, seul joueur au coup d'envoi, lundi, à avoir porté le maillot des deux clubs, a le talent et les moyens de rapprocher un peu plus les deux Manchester.