Lyon, un seul but

  • A
  • A
Lyon, un seul but
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - L'OL a bien maîtrisé son huitième de finale aller face à l'Apoel Nicosie (1-0).

Celui qui a bien mérité sa douche* : Alexandre Lacazette. Titulaire surprise sur le côté droit de l'attaque lyonnaise en lieu et place de Jimmy Briand, le jeune attaquant, âgé de 21 ans, a été le joueur le plus dangereux. En première mi-temps, il a d'abord manqué le cadre depuis l'entrée de la surface de réparation, d'une puissante frappe du gauche (25e) avant de trouver sur sa route un impeccable Dinosis Chiotis (40e). En deuxième période, Lacazette, après un petit crochet, a trouvé la faille sur un tir puissant, avec l'aide d'un défenseur chypriote (58e), signant ainsi sa cinquième réalisation en cinq matches. C'était juste avant de quitter la pelouse de Gerland. Il avait bien mérité sa douche.

Lacazette inscrit le seul but de la rencontre :

Cris face à Ailton (930x620)

© REUTERS

La pensée du jour : "Déjà, on n'a pas pris de but, c'est important." Cris, le capitaine brésilien de l'OL, a le sens des priorités. Ce 1-0 est d'abord un bon résultat parce que Lyon n'a pas pris de but. Il obligera les Chypriotes à prendre le jeu à leur compte lors du match retour, dans quinze jours, ce qui libérera des espaces aux Lyonnais en contre-attaque. Il "suffira" alors aux joueurs de Rémi Garde à marquer un but pour obliger l'Apoel en a marquer trois. Bref, et le technicien rhodanien l'a lui-même résumé au micro de Canal+ : "c'était important de ne pas prendre de but".

Le geste technique. Lyon a tiré seize fois au but. L'Apoel Nicosie, une seule fois. Mais ce seul tir chypriote de la rencontre, intervenu à la... 88e minute et distillé par le Brésilien Gustavo Manduca, était cadré. Et il a fallu une parade exceptionnelle, main gauche, d'Hugo Lloris pour éviter un 1-1 qui aurait été aussi catastrophique qu'injustifié. Répondre présent à l'instant t et rester chaud à tout instant : Lloris a démontré une nouvelle fois qu'il était de la trempe des plus grands.

Reinartz face à Messi (930x620)

© REUTERS

Le caviar : Après quarante minutes frustrantes devant un bloc du Bayer Leverkusen très regroupé, le Barça a trouvé la faille sur un coup d'éclat de l'inévitable Lionel Messi. Le double Ballon d'Or Fifa France Football en titre distilla une merveille d'ouverture de l'extérieur du pied gauche pour Alexis Sanchez, qui trompa Bernd Leno de près. Sanchez, dans tous les bons coups, profita d'un autre caviar à la 55e minute de jeu. Ce fut cette fois Cesc Fabregas qui régala... Le doublé du Chilien offrit les bases du confortable succès catalan en terre allemande (3-1).

Messi "offre" le premier but à Alexis Sanchez :

L'action Playstation : C'est un but bien connu des amateurs de jeux vidéo. Un joueur fonce plein centre, en décale un autre sur un côté puis se place dans l'axe pour être à la réception du centre. Ce but, le Barça l'a inscrit à deux minutes de la fin du temps réglementaire à Leverkusen, avec Messi dans le rôle du buteur et Daniel Alves dans le rôle du passeur. Un modèle de but collectif, symbole de la supériorité du Barça sur une équipe du Bayer séduisante mais trop limitée.

*Retrouvez la bible d'Europe1.fr en short