Lyon et les jeunes, l'anti-PSG

  • A
  • A
Lyon et les jeunes, l'anti-PSG
@ MAXPPP
Partagez sur :

FOOT - Lyon, qui affronte l'OM dimanche soir, s'appuie sur ses jeunes, au contraire du PSG.

62e minute de Bordeaux-Lyon, le 17 février dernier. Le Lyonnais Jordan Ferri, 20 ans, remplace Bafétimbi Gomis. A ce moment-là, l'OL évolue alors avec six joueurs issus du centre de formation âgés de 23 ans ou moins : Ferri, Rachid Ghezzal, entré en jeu à la place de Lisandro sept minutes plus tôt et lui aussi âgé de 20 ans, Alexandre Lacazette, 21 ans, Clément Grenier, 22 ans, Maxime Gonalons, 24 ans dimanche, et Samuel Umtiti, 19 ans. A cette jeune "Garde" (du nom de l'entraîneur de l'OL, Rémi Garde, lui aussi formé au club, ndlr), comme l'appelle joliment le bihebdomadaire France Football dans son édition de vendredi, on pourrait ajouter Gueïda Fofana, 21 ans, arrivé en 2011 en provenance du Havre. Ce match, les Gones l'ont facilement emporté 4-0.

Quelques heures plus tard, à Sochaux, le PSG s'inclinait 3-2 avec, dans ses rangs, les deux derniers joueurs de champ formés au club encore présents dans son effectif : Mamadou Sakho, 23 ans, et Clément Chantôme, déjà 25 ans, pas toujours titulaires sous les ordres de Carlo Ancelotti. Jeunesse triomphante d'un côté, sacrifiée de l'autre ?

Pas de débouchés pour les jeunes du PSG

Adrien Rabiot à Toulouse (930x620)

© MAXPPP

"Bien sûr que cette jeunesse est triomphante, comme le dit parfois mon président (Jean-Michel Aulas, ndlr), mais, sincèrement, à condition que des anciens l'encadrent correctement", reconnaît le coach rhodanien, Rémi Garde, dans les colonnes de France Football. Pour le moment, l'alchimie existe. Contre toute attente, l'OL ne pointe qu'à deux points du leader parisien à l'entame de cette 28e journée. Du côté du PSG, on ne recherche pas l'alchimie entre les jeunes et les anciens mais plutôt entre les recrues, celles de cette année et celles de... l'année dernière. Du cru, il ne reste plus grand-monde. Tous les jeunes espoirs formés au PSG qui avaient goûté à la Ligue 1 ces derniers temps sont partis : Jean-Christophe Bahebeck est à Troyes, Neeskens Kebano à Caen, Loïck Landre au Gazélec Ajaccio et le dernier en date, parti cet hiver, Adrien Rabiot (photo), évolue désormais à Toulouse.

Seul le jeune Kingsley Coman, 16 ans, a eu droit cette saison à un petit bout d'élite : quatre minutes, à Sochaux. Dans le nouveau projet parisien, les jeunes du club n'ont plus vraiment leur place. Sakho a ainsi dû vivre assez mal de ne pas être titulaire, mercredi, contre Valence, lors du huitième de finale retour de la Ligue des champions (1-1).

OL, un choix contraint qui marche

Désireux de briller très rapidement en Ligue des champions, le PSG n'a pas le temps de laisser grandir ses jeunes pousses. Et ce, même si le but avoué du président Nasser Al-Khelaïfi quand il est arrivé à la tête du club était de dénicher le nouveau Messi. Les projets du PSG et de Lyon sont antagonistes, mais ce n'est pas seulement une question de choix.

Hugo Lloris avec sa fillette (930x620)

© MAXPPP

Car les deux clubs qui trônent actuellement en tête de la Ligue 1 n'ont pas exactement les mêmes moyens financiers. Si le PSG a dépensé plus de 250 millions d'euros en transferts depuis l'été 2011, l'OL, club  qui a connu le plus de pertes la saison dernière, s'astreint actuellement à une cure d'austérité qui s'est manifesté par plusieurs départs, dont celui de son gardien, Hugo Lloris, l'été dernier. L'OL fait contre mauvaise fortune bonne formation.

Pour le moment, cette direction, dictée par des impératifs financiers, notamment dans l'attente du nouveau Stade des Lumières, fait le bonheur des supporters. Et constitue aujourd'hui la parfaite arme anti-PSG, authentique mais surtout performante.