Lloris "KO", Tottenham montré du doigt

  • A
  • A
Lloris "KO", Tottenham montré du doigt
@ REUTERS
Partagez sur :

DANGERS - Le gardien de Tottenham, Hugo Lloris, a perdu connaissance mais a refusé de sortir. Une erreur.

L’info. A la 77e minute du match entre Everton et Tottenham (0-0) dimanche après-midi, le gardien de l’équipe de France Hugo Lloris sort dans les pieds de l’attaquant belge Romelu Lukaku. Le genou de l’attaquant belge heurte très violemment la tête du portier tricolore qui perd connaissance et reste étendu sur la pelouse de Goodison Park. Quand le staff médical de Tottenham se porte au secours d’Hugo Lloris, il ne se souvient de rien. Ni de l’endroit où il se trouve, ni du score. Rien. Après de longues minutes au sol, Hugo Lloris se relève finalement mais refuse de sortir. Une grave erreur, selon le Docteur Nicolas Bompard, médecin du sport. Explications.

Il faut sortir après une commotion cérébrale. "Dans le cas d’un choc comme celui d’Hugo Lloris, le cerveau bouge dans la boîte crânienne", explique pour Europe1.fr le Dr Nicolas Bompard, médecin de l’US Créteil. "C’est ce qui provoque la perte de connaissance. C’est comme un KO en boxe. Dans ce cas, l’arbitre arrête le combat. Dimanche après-midi, le médecin de Tottenham aurait dû empêcher Hugo Lloris de rejouer après un tel choc".

04.11 LLoris Le gardien de Tottenham s'est évanoui après avoir percuté l'attaquant d'Everton Romelu Lukaku.930620

© REUTERS

Le staff de Tottenham a-t-il pris un risque ? "Il a perdu connaissance mais il était calme, posé et déterminé à continuer", s’est défendu André Villas-Boas, le coach des Spurs après le match. Mais AVB est entraîneur, pas médecin. "Un joueur qui vient de subir un tel choc n’est pas apte à prendre lui-même la décision de rester ou pas sur le terrain", rétorque le Dr Nicolas Bompard, médecin du sport. "Le staff médical de Tottenham a commis une grossière erreur. Hugo Lloris aurait dû sortir, être emmené à l’hôpital pour faire des examens complémentaires pour vérifier que la commotion cérébrale est sans suite. Après un tel choc, il existe un risque de micro-saignements dans le cerveau".

Le rugby montre l’exemple. S’il existe un sport où les commotions cérébrales sont légion, c’est bien le rugby. Depuis plus d’une saison, la Ligue a décidé de mettre en place un protocole de "suspicion de commotion cérébrale". Lorsqu’il y a un gros choc sur le terrain, "le joueur suspecté de traumatisme crânien est obligé de quitter le terrain pendant cinq minutes pour répondre à une série de questions", comme l’explique le site spécialisé Le Rugbynistère. Avec les réponses du joueur, un médecin indépendant décide si le joueur est apte ou non à retourner sur le terrain. Le football serait bien inspiré de suivre cet exemple. Juste après la rencontre, la femme d’Hugo Lloris a posté un commentaire rassurant sur Twitter. "Merci beaucoup pour votre soutien. Hugo va bien", a-t-elle précisé. Mais elle est femme de joueur, pas médecin.