Lille : une déroute record

  • A
  • A
Lille : une déroute record
@ MAXPPP
Partagez sur :

STATS EXPRESS - Le Losc a concédé mercredi une défaite historique face au Bayern Munich (6-1).

Lille peut-il éviter le ridicule ?, se demandait-on avant le déplacement du Losc sur la pelouse du Bayern Munich, mercredi, dans le cadre de la quatrième journée de la phase de groupes de la Ligue des champions. Au fil des minutes, la réponse à cette question n'a plus fait guère de doutes. Voilà pourquoi, en six chiffres. Forcément.

6. Lille s'est incliné mercredi face au Bayern Munich sur le score sans appel de 6-1. Jamais dans l'histoire de la Ligue des champions un club français n'avait encaissé autant de buts. Jusqu'à présent, quatre clubs hexagonaux se partageaient ce record embarrassant, avec cinq buts concédés : Marseille (à Rome contre la Lazio, 5-1, en 1999-2000), Nantes (à Manchester face à United, 5-1 en 2001-02), Lyon (à Barcelone, 5-2 en 2008-09) et le PSG. Lors de la saison 1997-98, le club de la capitale avait été battu 5-1 à... Munich, par le Bayern.

Tableau de Bayern-Lille (930x620)

© REUTERS

5. Sur les six buts encaissés par Lille mercredi, cinq l'ont été lors de la première mi-temps. Celle-ci est devenue la plus mauvaise de toute l'histoire pour un club français en C1. Et de loin. En effet, le précédent "record" était détenu par l'OM, qui était mené 3-0 à la pause lors de son revers 5-1 face à la Lazio Rome en 1999-2000.

Lille encaisse cinq buts en une mi-temps :

4. Avant même l'ampleur du score, il y a le score. Et là aussi, Lille fait très fort. Surpris par le BATE Borisov en ouverture (3-1), dominé à Valence ensuite (2-0), puis battu deux fois par le Bayern Munich (1-0 et 6-1), Lille a perdu ses quatre premiers matches de Ligue des champions. Cela n'était jamais arrivé à un club français. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, jamais dans l'histoire de la C1 deux clubs français (Lille et Montpellier, sorti par l'Olympiakos mardi) n'avaient été éliminés dès la quatrième journée de la phase de groupes.

Pizarro avec Landreau et Béria (930x620)

© REUTERS

3. Mercredi soir, le Bayern Munich n'alignait pas son équipe-type. Le Croate Mario Mandzukic, huit buts depuis le début de la saison en Bundesliga, était enrhumé. Il était remplacé à la pointe de l'attaque par le Péruvien Claudio Pizarro, muet depuis le début de la saison en Bundesliga (avec une seule titularisation), mais qui, mercredi, a inscrit trois buts aux 18e, 28e et 33e minutes. En marquant trois fois en quinze minutes, Pizarro a même signé le quatrième triplé le plus rapide de l'histoire de la compétition. Le record reste la propriété du Lyonnais Bafétimbi Gomis (7 minutes face au Dinamo Zagreb l'an dernier lors du fameux 7-1).

1. Avant la rencontre de mercredi, Marko Basa et Franck Béria étaient tous les deux incertains. Mais finalement, ils ont bien joué. Mais leur présence n'a pas permis à la défense lilloise de tenir. Loin de là. Les deux défenseurs lillois sont crédités de la note, très rare, de 1 dans le quotidien L'Equipe. Le milieu de terrain Florent Balmont les accompagne. Avec 4, le gardien du Losc Mickaël Landreau est l'un des trois joueurs les mieux notés (avec Dimitri Payet et Nolan Roux) de l'équipe lilloise. 6-1 semble donc même être un moindre mal.

0,83. Telle est pour le moment la moyenne de points inscrits par les clubs français depuis le début de cette Ligue des champions. Lille en a pris 0 en 4 matches (0 de moyenne, c'est facile), Montpellier 1 (0,25 de moyenne) et le PSG 9 (2,25 de moyenne). Pour l'indice UEFA de la France, on peut donc remercier le PSG. Et peut-être aussi un peu le tirage au sort, qui a placé le Dynamo Kiev et surtout le Dinamo Zagreb dans le groupe des Parisiens...