Lille de la déception

  • A
  • A
Lille de la déception
@ REUTERS
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Le Losc a concédé une deuxième défaite en deux matches, à Valence.

Soldado et Jonas (930x620)

© REUTERS

L'action Playstation* : le toque. Ça n'a rien à voir avec de la cuisine mais c'est quand même savoureux. C'est en redoublant les passes courtes dans un style 100% ibérique que le Valence CF a ouvert le score face à Lille, mardi soir, en fin de première période, lors de la 2e journée de la phase de poules de la Ligue des champions (2-0). Le Brésilien Jonas a trouvé Roberto Soldado à l'entrée de la surface de réparation. L’international espagnol lui a alors remis le cuir dans le dos de l'arrière-garde lilloise (et avec l'aide malheureuse de Marko Basa) et Jonas a pu ajuster Mickaël Landreau en toute quiétude. Peu de temps auparavant, c'est pourtant le Losc qui s'était montré dangereux...

Valence l'emporte grâce à un doublé de Jonas :

Le geste technique : Déjà auteur du premier but, Jonas a récidivé à la 74e minute sur un "but à la Jallet". Excentré sur le côté droit, il a tenté un centre qui est devenu un tir par la grâce d'un geste technique imparfait et de la légère déviation d'Aurélien Chedjou. Mickaël Landreau, lobbé, n'a pu qu'effleurer le ballon qui a fini sa course dans le petit filet opposé.

Florent Balmont (930x465)

© REUTERS

La pensée du jour : "Ils ont été plus réalistes que nous." Voilà qui pourrait devenir une maxime pour l'entraîneur du Losc, Rudi Garcia. Car trois minutes seulement avant le premier but valencian, c'est Lille qui s'était créé la première grosse occasion de la rencontre. Après une percée du courageux Nolan Roux, Florent Balmont hérita du cuir sur le côté droit et adressa une frappe croisée qui est venue lécher le poteau droit de Vicente Guaita Panadero. "Ils ont un tir, ils marquent en première mi-temps, alors que nous, on en a sept", a regretté le milieu de terrain lillois à la pause, au micro de BeIN Sport. Le manque d'adresse, voilà, depuis le début de la saison, l'une des constantes du Losc, plus que jamais orphelin d'Eden Hazard...

Le loser : Le terme est sévère pour désigner Dimitri Payet, qui a été le seul Lillois qui a paru en mesure d'élever son niveau de jeu. On parle ici de loser dans le dernier geste. Car, comme face au BATE Borisov, l'ancien Stéphanois a manqué de justesse technique ou de lucidité devant le but. Ce fut flagrant en toute fin de première période, lorsque l'ailier lillois frappa fort dans le petit filet alors qu'il avait réussi à se créer un face à face contre la gardien valencian (42e).

Mathieu Debuchy (930x1240)

© MAXPPP

La biscotte : La défaite a été totale pour le Losc puisque le club nordiste a terminé la rencontre à dix après l'exclusion de son arrière droit Mathieu Debuchy. L'international tricolore, qui portait le brassard de capitaine (photo), a récolté deux cartons jaunes, un premier à la 43e minute pour une faute sur l'ancien Lyonnais Aly Cissokho et un deuxième pour un tacle très en retard sur Andres Guardado, à quatre minutes de la fin du temps réglementaire. Debuchy sera donc automatiquement suspendu pour la réception du Bayern Munich le mardi 23 octobre prochain. C'est regrettable pour le Losc car, comme on a pu le constater mardi soir, avec les absences de Marvin Martin, Salomon Kalou et Rio Mavuba, le club nordiste a besoin de toutes ses forces vives pour espérer, ne serait-ce qu'exister, dans cette Ligue des champions.

*Retrouvez la "bible" d'Europe1.fr en short