Le top 5 des casseroles de Patrice Evra

  • A
  • A
Le top 5 des casseroles de Patrice Evra
Patrice Evra est un habitué des sorties médiatiques.@ MAXPPP
Partagez sur :

FOOT - Patrice Evra, n'en est pas à sa première sortie explosive. La preuve par cinq.

• Evra et les commentateurs.

Interviewé dimanche par Téléfoot, le joueur de l’équipe de France a vivement critiqué quatre commentateurs français. Bixente Lizarazu ? “Je ne sais pas ce qu'il a contre moi (...) Il a ses raisons. C'est le seul joueur, quand je suis arrivé en équipe de France, qui ne m'a pas serré la main”, explique-t-il. “Il y a aussi Ménès. J'espère qu'un jour je le croiserais. Il a parlé de ma famille. Le jour où il arrivera à faire huit jongles, j'arrête ma carrière “, poursuit le latéral de Manchester United. Roland Courbis et Luis Fernandez, rebaptisé respectivement Roland Tournevis et Michel Fernandel pour l’occasion, n’ont pas échappé aux rafales eux aussi.

• Evra et le traître.

Coupe du Monde 2010, le quotidien sportif l’Equipe a révélé les propos fleuris de Nicolas Anelka à l’intention du sélectionneur Raymond Domenech. Patrice Evra, alors capitaine de l’équipe de France, donne son avis sur l’état d’esprit du groupe. Plus que les insultes proférées par l’attaquant français, le latéral se plaint de la présence d’un traître dans l’équipe. “Le problème, c’est pas Anelka, c’est le traître qui est parmi nous”, affirme, péremptoire, Patrice Evra.



• Evra et Lilian Thuram.

Quelques mois ont passé depuis la coupe du monde ratée en Afrique du Sud et la grève dans le bus de Knysna. Patrice Evra aimerait bien tourner la page de cet épisode fâcheux de sa carrière. Il faut dire qu’il était capitaine de l’équipe de France et l’un des leaders moral du groupe lors de cette coupe du monde.

Problème, le latéral de Manchester United trouve que Lilian Thuram met de l’huile sur le feu. “Il est temps que Lilian arrête de jouer un rôle qui n'est pas le sien en disant que les Bleus contribuent à faire augmenter le racisme. Il ne suffit pas de se balader avec des livres sur l'esclavage, des lunettes et un chapeau pour devenir Malcolm X”, décoche Pat’ Evra dans une interview pour le Figaro.

• Evra et Arsenal.

Patrice aime la compétition et quand il s’agit de chambrer les adversaires, il n’est pas le dernier. En mai 2009, son club, Manchester United, inflige un sévère 3-0 à Arsenal, l’un des clubs de la capitale londonienne, en demi-finale de la Champion’s League.

Patrice Evra y voit le résultat logique d’une rencontre entre “onze hommes et onze enfants”. “En football, ce n’est pas tout de bien jouer au ballon, il faut gagner des titres”, ajoute le latéral de l’équipe de France. Un an plus tard, Evra en rajoute une couche : “Pour moi, Arsenal c'est un centre de formation de football.”

• Evra et les “nègres”.

L’une des polémiques les plus retentissantes de ces dernières années dans le championnat anglais touche directement Patrice Evra. Lors d’une rencontre qui opposait son club au Liverpool de Luis Suarez, l’attaquant uruguayen l’a traité de “nègre”. La polémique issue de ces propos agitera longtemps le football anglais mais aussi la politique outre-Manche.

Le fait est que Patrice Evra n’a pas toujours été aussi choqué de l’emploi du terme “nègre” pour parler d’une personne de couleur. En 2004, dans le film documentaire retraçant l’épopée de son club, Monaco, en Champion’s League, une scène montre le joueur français un brin excité dans sa chambre d’hôtel. On l’y entend notamment parler de Jimmy Floyd Hasselbaink, l’attaquant de Chelsea que son équipe va bientôt rencontrer en demi-finale du tournoi européen. Le problème, c’est qu’il parle du joueur en hurlant “fucking nigger”, “putain de nègre” en français (à voir à la 35ème minute).