Le Real Madrid survole Galatasaray

  • A
  • A
Le Real Madrid survole Galatasaray
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Le club madrilène a pris une option sur la qualification grâce à sa victoire (3-0).

Ronaldo face à Muslera (930x1240)

© REUTERS

Le geste technique* : C'est un délice à regarder encore et encore, une sucrerie visuelle qui ne fait pas grossir : la pichenette qui a permis à Cristiano Ronaldo d'ouvrir le score face aux Turcs de Galatasaray, mercredi soir, en quarts de finale aller de la Ligue des champions (3-0) est un modèle du genre. Lancé dans la profondeur par une passe millimétrée de Mesut Özil, le Portugais, excentré côté gauche, contrôle le cuir du revers du pied droit puis trompe Fernando Muslera du pied gauche avec la justesse d'un esthète et l'assurance d'un vieux briscard. Quoi de mieux que cette régalade petit filet opposé pour s'installer seul en tête du classement des buteurs de la Ligue des champions, devant l'adversaire du soir, le Turc Burak Yilmaz, et celui de (presque) toujours, Lionel Messi, buteur mardi au Parc.

Ronaldo ouvre le score pour le Real :

Le geste technique (2) : Pour ceux qui avaient encore quelques doutes sur les qualités techniques de Karim Benzema, l'avant-centre des Bleus a apporté une réponse cinglante, mercredi soir. Un contrôle pied droit, ballon presque collé à la chaussure, et une frappe enchaînée, qui a heurté le poteau avant de faire trembler les filets de Muslera pour le but du 2-0. Tancé pour son manque de réalisme avec l'équipe de France, l'ancien Lyonnais, remplacé à l'heure de jeu, a prouvé qu'il était capable de marquer dans les grands matches.

Benzema inscrit le but du 2-0 :

Drogba lors du match face au Real (930x620)

© REUTERS

Celui qui a bien mérité sa douche : Pour ses retrouvailles avec son ancien rival Cristiano Ronaldo et son ancien coach José Mourinho, Didier Drogba était très attendu. Malgré une première partie de saison passée en Chine, l'Ivoirien est le joueur offensif qui a posé le plus de souci à la défense centrale madrilène. L'ancien Marseillais a adressé deux frappes dangereuses, l'une à la 12e minute après un contrôle en pivot, l'autre un quart d'heure plus tard. Drogba fut également à l'origine de la plus belle action stambouliote, juste avant la pause, mais le tir de Felipe Melo fut repoussé du pied gauche par Diego Lopez, que Mourinho avait préféré à Iker Casillas, pourtant à nouveau opérationnel...

La biscotte : Six mois en Chine ne changent pas un homme. Didier Drogba reste un incroyable compétiteur. Juste après le troisième but madrilène, inscrit de la tête par Gonzalo Higuain, l'attaquant ivoirien est allé dire sa façon de penser à l'arbitre de la rencontre, Sven Oddvar Moen, coupable selon lui d'avoir sifflé à contre-temps sur le coup franc qui a amené le but. Drogba s'était heurté à son vis-à-vis Sergio Ramos, qui avait sans doute levé son pied bien trop haut...

La biscotte (2) : Sergio Ramos et Sven Oddvar Moen, acte II. Cinq minutes après le carton jaune adressé à Drogba, son compère de l'attaque Burak Yilmaz a lui aussi été averti pour une simulation dans la surface de réparation. Or, les ralentis sont formels : Ramos marche bel et bien sur le pied droit de l'attaquant turc. La sanction est d'autant plus injuste que Yilmaz, huit buts cette saison en C1, était sous la menace d'une suspension et qu'il ne disputera pas le match retour...

José Mourinho (930x620)

© REUTERS

La biscotte (3) : Sacré Mourinho. Habitué à la petite cuisine des cartons, le technicien portugais a sans aucun doute glissé à son milieu de terrain Xabi Alonso de prendre un carton jaune, histoire d'être suspendu pour le match retour mais surtout d'aborder l'éventuelle (la quasi certaine, étant donné l'ampleur du score) demi-finale avec un "casier" vierge. Bis repetita quelques minutes plus tard avec Sergio Ramos sur un nouveau grossier dégagement en touche... Interrogé sur ce sujet par BeIn Sport, Mourinho a assuré être contrarié d'avoir perdu ces deux joueurs et que ces cartons n'avaient pas été reçus volontairement. Mais bien sûr.

Le "big duel" : Une semaine après le test face à l'Espagne, Raphaël Varane, à nouveau titularisé par Mourinho aux côtés de Sergio Ramos, se mesurait cette fois à l'un des tout meilleurs avant-centres du monde en la personne de Didier Drogba. Si l'Ivoirien l'a enrhumé sur son contrôle en pivot de la 12e minute, le Tricolore a par la suite su répondre au défi physique avec plusieurs interventions pleines de justesse (45e+1) ou des dégagements fort à propos (66e). Varane, c'est du lourd.

Supporters de Galatasaray à Madrid (930x620)

© REUTERS

Le chant : Rarement le stade Santiago-Bernabeu n'avait été pris autant d'assaut par des supporters adverses. Car non seulement les supporters turcs avaient investi la partie du stade qui leur était réservée mais ils avaient également acquis des billets dans l'ensemble des autres tribunes. Ce qui n'a pas été sans quelques frictions avec les supporters du Real et les stewards, d'ailleurs. Mais la passion des supporters stambouliotes, symbolisée également par l'allumage de quelques fumigènes prohibés, est désormais presque une rareté en Europe. Et qui nous fait regretter que tout soit presque joué avant le match retour, mardi, dans la bouillante Türk Telekom Arena...

*Découvrez la "bible" d'Europe1.fr en short