Le Real en plein doute

  • A
  • A
Le Real en plein doute
@ REUTERS
Partagez sur :

LIGA - Le Real Madrid, battu à domicile par l’Atletico samedi, connaît un début de saison compliqué.

Une de As du 30 septembre (930x1240)

© As

"Millions : 0 Football : 1". Le quotidien espagnol As n’a pas épargné le Real Madrid, dimanche, après sa défaite logique contre l’Atletico Madrid à domicile, au Stade Santiago-Bernabéu. Cette première face aux Colchoneros depuis 1999 met désormais le Real à 5 points de l’Atletico et du FC Barcelone. Cinq points, voilà qui constitue déjà un écart significatif dans la course au titre.

Ancelotti sous le feu des critiques

Une de Marca du 30 septembre (930x1240)

© Marca

Le premier visé par les critiques est l’entraîneur des Merengue, l'Italien Carlo Ancelotti. Cent jours après son arrivée, le technicien italien venu remplacer José Mourinho fait l’objet de remarques acerbes de la part de la presse pro-madrilène, déçue par le manque de jeu. "Carlo, par où on commence ?", a ainsi titré le quotidien Marca qui ne comprend les choix de "Carletto". As, toujours, n’hésitait pas à parler de "gâchis" dans son édition de lundi. L’ancien coach du Paris-Saint-Germain est confronté à quelques dossiers épineux, comme celui du gardien Iker Casillas, véritable institution à la Casa Blanca.

Mis sur le banc de touche par José Mourinho l’an passé, "San Iker" n’est pas parvenu à regagner une place de titulaire en Liga, Ancelotti lui préférant également Diego Lopez, une nouvelle fois titulaire face à l’Atletico. Ce choix, s’il s’avère logique sportivement - Lopez est irréprochable dans les buts -, agace au plus haut point les médias qui ne comprennent pas pourquoi Casillas, champion du monde et double champion d’Europe avec l’Espagne, n’est pas numéro 1.

De la friture sur le terrain

Autre problème, des dissensions semblent apparaître au sein d’un groupe déjà échaudé par le départ de Mesut Özil dans les dernières heures du mercato. Samedi, face à l’Atletico, le défenseur portugais Pepe s’en est ouvertement pris à Karim Benzema, estimant que l’implication du Français n’était pas suffisante sur le terrain. Le capitaine Sergio Ramos a même dû intervenir pour calmer les deux hommes.

Pepe et Benzema s'invectivent :



A la fin de la rencontre, Ancelotti est revenu sur cette altercation et les maux actuels du Real : "on doit avoir une meilleure attitude et plus de concentration, une idée de jeu plus claire. Ce n'est pas facile car qu'il n'est pas bon de perdre un match à la maison. Il faut que je réfléchisse à tout ça pour nous améliorer rapidement et régler le problème."

Malgré un recrutement galactique avec les signatures de Bale, Isco ou Illarramendi, le Real Madrid n’a pas encore d’équipe-type qui se dégage, Ancelotti changeant régulièrement son onze de départ. Ces nombreuses interrogations devront vite être gommées mercredi en Ligue des champions face à Copenhague, sans quoi les prémices d’une crise pourraient s’installer. Et ce, alors que le Real Madrid a seulement perdu samedi son premier match de la saison...