Le PSG y a cru 20 minutes

  • A
  • A
Le PSG y a cru 20 minutes
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Le PSG est éliminé de la Ligue des champions après un nul (1-1) contre le Barça.

L'Info. Paris pourra nourrir d'énormes regrets. Les Parisiens sont éliminés de la Ligue des champions sans avoir perdu une seule fois contre le Barça. Mercredi soir, les hommes de Carlo Ancelotti y auront cru 20 minutes. Après l'ouverture du score de Javier Pastore, le PSG était virtuellement qualifié. Mais l'entrée de Lionel Messi a fait la différence. Quelques minutes sur la pelouse lui auront suffi. Un service parfait pour Pedro qui a égalisé et qualifié les Catalans pour les demi-finales de la Ligue des champions. Après le 2-2 concédé à l'aller et le match nul (1-1) de mercredi soir, les coéquipiers de Messi restent dans la compétition grâce à un plus grand nombre de buts inscrits à l'extérieur.

Pastore-2

Celui qui a bien mérité sa douche : Javier Pastore. Après un très bon match à l'aller, l'Argentin a encore rendu une très belle copie, mercredi soir au Camp Nou. Il a beaucoup couru. Il est souvent revenu défendre. Il a perdu peu de ballons et il a aussi marqué. L'ancienne icône de Palerme, qui avait déjà marqué un but important à Valence au tour précédent, a en effet ouvert le score avec une aisance technique rare. Après un une-deux génial, le milieu de terrain parisien a placé le ballon à merveille au-dessus d'Alvès.

Pastore a ouvert le score à la 51e minute :

Messi

Le moment où tout à basculé : la 62e minute. Blessé à la cuisse lors du match aller, Lionel Messi était remplaçant au coup d'envoi de la rencontre. Après s'être rongé les ongles en première mi-temps, il s'est assis une nouvelle fois sur le banc après la pause. Mais juste après l'ouverture du score de Pastore, Tito Vilanova n'avait plus le choix. Totalement méconnaissable, le Barça a retrouvé ses couleurs avec son sauveur. Neuf minutes à peine après son entrée en jeu, l'Argentin perfore la défense parisienne, sert Pedro qui fusille Sirigu. Avec Messi, Paris n'avait pas vraiment les mêmes chances...

Pedro égalise à la 71e minute :

Lavezzi, le besogneux. Contrairement à son homologue argentin qui a marqué avec beaucoup de sang-froid, Ezequiel Lavezzi a souvent balbutié son football. Impossible pour autant de lui jeter la pierre. Le meilleur buteur parisien en Ligue des champions s'est vraiment dépensé pendant toute la rencontre. Dès les cinq premières minutes, il se créait deux grosses occasions, d'une frappe un peu molle (2e) et surtout d'une course plein axe au bout de laquelle une conduite de balle défaillante l'empêchait d'aller défier Valdes (4e). A la 24e minute, servi plein fer par Ibrahimovic, il butait à nouveau sur Valdes, rappelant que malgré des statistiques flatteuses en Ligue des Champions, l'adresse devant le but n'était vraiment pas son point fort (3 buts en 19 titularisations en Ligue 1).

Lavezzi

La pensée du jour : "ça va être dur de dormir". Après être passé tout près de l'exploit, Christophe Jallet était extrêmement déçu après la rencontre. "On peut être fier de ce qu'on a fait", a-t-il d'abord expliqué au micro de Canal +. "On a fait des choses extraordinaires, il faut retenir le positif et évacuer désormais... Je suis désolé, c'est difficile... On y a cru, on y croît encore d'ailleurs. On avait les ambitions, j'espère qu'on y arrivera les prochaines saisons. Mais ça va être dur de dormir".