Le PSG trop facile

  • A
  • A
Le PSG trop facile
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Face à une faible équipe du Dinamo Zagreb, le PSG a fait le nécessaire (2-0).

Le loser* : En s'inclinant face au PSG, mercredi soir, lors de la 3e journée de la phase de poules de la Ligue des champions, le Dinamo Zagreb a concédé sa neuvième défaite de rang à ce niveau de la compétition. C'est dire si la victoire du PSG n'a rien d'un exploit. A la différence de l'Olympique lyonnais, vainqueur 7-1 il y a un an, les joueurs de Carlo Ancelotti n'ont gagné "que" 2 à 0, malgré une possession de balle qui a frôlé les deux tiers/un tiers et 10 occasions de but à 2. Le Dinamo vit un tel calvaire perpétuel en Ligue des champions que le préposé au tableau d'affichage a un temps voulu que ça fasse 1-1. C'était seulement dans ses rêves les plus fous...

Jérémy Ménez à Zagreb (930x620)

© MAXPPP

Celui qui a bien mérité sa douche : Remplaçant samedi dernier contre Reims, Jérémy Ménez a retrouvé mercredi soir un statut de titulaire. Et l'ancien Romain y a fait honneur. C'est lui qui a offert le premier but à Zlatan Ibrahimovic d'une magnifique passe en retrait, du revers, à la 33e minute de jeu. Puis, dix minutes plus tard, il a terminé le travail tout seul, du gauche, après avoir été servi par Javier Pastore. Et, petit événement, Ménez a souri a pleines dents après son but, en réalisant un cœur avec ses mains. De là à dire qu'un Ménez amoureux en vaut deux (buts).

L'atout charme : Pour ce déplacement à Zagreb, Zlatan Ibrahimovic s'était fait une beauté, avec une queue de cheval parfaitement mise et bien volumineuse. La preuve en image.

Ibrahimovic face au Dinamo (930x620)

© MAXPPP

Le geste technique : Ah, "Ibra", s'il n'existait pas, il faudrait sans doute l'inventer. En dehors de son but, le Suédois a plusieurs fois manqué la cible à quelques mètres du but. On retiendra notamment cette tentative de lob face au gardien, du coup de pied, alors qu'un petit intérieur aurait sans doute davantage fait l'affaire (64e), ou encore cette reprise en ciseau, qui s'est envolée vers les tribunes vides du stade Maksimir. Un (très) bon match de football de plage pour "Zlatan".

Ceux qui auraient dû rester chez eux  : Les dirigeants du Dinamo Zagreb avaient fait des efforts pour attirer du monde au stade, mercredi soir. Ils avaient même promis une cagnotte d'un million de kunas, soit l'équivalent de 134.000 euros, à l'un des heureux spectateurs tiré au sort. Mais, pour cela, il fallait qu'il y ait au minimum 25.000 spectateurs en tribunes. Or, ils étaient à peine plus de 7.000, mercredi soir. Ces supporters-là ont tout juste eu droit à une bonne première demi-heure de leur équipe et à l'entrée du jeune Alen Halilovic. Maigre.

Mitroglu buteur face à Montpellier (930x620)

© MAXPPP

La boulette sauce tandoori : Le résultat nul que tenait encore Montpellier dans le temps supplémentaire (1-1) face à l'Olympiakos n'était certes pas un excellent résultat mais il avait au moins le mérite de leur garantir encore une petite chance de poursuivre l'aventure européenne. Mais une perte de balle d'Henri Bedimo a précipité la chute des Héraultais. Le latéral gauche a perdu son duel face à Djamel Abdoun, qui a facilement pu transmettre à Konstantinos Mitroglou, lequel a trompé Laurent Pionnier de près. Après avoir mené 1-0 grâce à Gaëtan Charbonnier, le MHSC s'est finalement incliné (2-1).

René Girard face à l'Olympiakos (930x620)

© MAXPPP

La pensée du jour : "S'il faut en mettre trois pour gagner ce genre de matches, ça devient un handicap permanent." René Girard l'avait mauvaise, mercredi soir. Du haut des tribunes, le coach montpelliérain, qui était suspendu après son doigt d'honneur, a pu se rendre compte des erreurs individuelles de ses joueurs face à l'Olympiakos Le Pirée. "Sonné ? Non, déçu, oui. Aujourd'hui fini les cadeaux, mes défenseurs doivent être des défenseurs, ça me dérange un petit peu qu'on ait ce comportement là." Avec un point en trois matches, le MHSC est très mal parti dans ce groupe B, d'autant que Schalke 04, qu'il avait tenu en échec il y a trois semaines, s'est imposé sur la pelouse d'Arsenal.

>> Retrouvez la bible d'Europe1.fr en short