Le PSG pense à Suarez

  • A
  • A
Le PSG pense à Suarez
@ REUTERS
Partagez sur :

TRANSFERTS - L'attaquant uruguayen figurerait dans les petits papiers du PSG, selon L'Equipe.

Après avoir manqué le Brésilien Alexandre Pato et l'Argentin Carlos Tevez cet hiver, le PSG chercherait à s'attacher l'été prochain les services d'un autre grand avant-centre sud-américain, en la personne de l'Uruguayen Luis Suarez. Selon le quotidien L'Equipe, les dirigeants parisiens seraient entrés en contact avec l'entourage du joueur de Liverpool, actuellement en pleine tourmente médiatique.

Joueur de talent et chasseur de buts hors pair, Suarez a surtout fait parler de lui cette saison au niveau extra-sportif. Au sortir d'une suspension de huit matches pour injure raciste contre Patrice Evra, l'Uruguayen avait snobé sa victime lors de leurs retrouvailles, samedi dernier, à Old Trafford, déclenchant une vaste polémique.

Suarez refuse de serrer la main d'Evra :

Par le passé, Suarez avait déjà défrayé la chronique. Fin 2010, lorsqu'il jouait encore à l'Ajax Amsterdam, il avait mordu un joueur du PSV Eindhoven au visage. Quelques mois plus tôt, en quarts de finale de Coupe du monde, il avait agacé les amateurs de football en célébrant son sauvetage de la main face au Ghana comme un but.

Lugano prend sa défense

Visiblement, le PSG est décidé à faire fi de ce passif pour obtenir enfin le grand attaquant qui lui manque. L'affaire semble réalisable. Les actionnaires du Liverpool FC sont agacés par le comportement du joueur, relaie le site Sportune.fr. Par ailleurs, le club de la Mersey, actuellement septième de Premier League, ne devrait pas disputer la Ligue des champions la saison prochaine, au contraire du PSG.

Enfin, et surtout, le leader de Ligue 1 compte dans ses rangs Diego Lugano, coéquipier de Suarez en sélection uruguayenne. Dans un message posté sur son site officiel, le capitaine de la Celeste soutient son compatriote : "il faut avoir des "couilles" pour faire ce qu'a fait Luis (de ne pas serrer la main d'Evra ndlr). Il a suivi ses convictions. Nous vivons en démocratie et si tu ne veux pas saluer quelqu'un, tu ne le salues pas. D'autant plus s'il s'agit d'une personne qui t'a fait passer tant de mauvais moments." En voilà un qui, c'est sûr, ne s'opposera pas à l'arrivée de Suarez dans la capitale...