Le PSG ne se prend pas la tête

  • A
  • A
Le PSG ne se prend pas la tête
@ REUTERS
Partagez sur :

RÉACTIONS - Les Parisiens ont constaté leur infériorité face au Barça, mercredi, mais continuent de regarder devant.

Après 23 matches sans défaite, le PSG a enregistré son premier revers de la saison, mercredi soir, face au FC Barcelone (3-1), en clôture de la phase de groupes de la Ligue des champions. A l'issue de la rencontre, le président du club de la capitale, Nasser Al-Khelaïfi, ne cachait pas sa déception. "C'est le foot, il faut l'accepter", a insisté le dirigeant qatarien. "Ils étaient très forts et nous, on n'a pas été à notre niveau. On est déçu bien sûr. On était venu pour gagner. Et j'espère que c'est la dernière défaite de la saison." Voilà qui ne manque pas d'ambition...

>> LIRE AUSSI : Battu à Barcelone, le PSG termine 2e de son groupe

Du côté des joueurs, on a d'abord souligné la qualité de l'adversaire. "Ils ont été meilleurs que nous", a admis le défenseur brésilien David Luiz, guère ménagé par l'attaque catalane mercredi soir. "Si on veut être champion d'Europe, il faudra gagner de gros matches. Mon équipe a de l'ambition. Mais il faut travailler et s'améliorer."

>> LIRE AUSSI : Barça : le trio "MSN" plus fort que Paris

Matuidi face à Messi (960x640)

© REUTERS

"Déçu mais pas abattu." "Ils ont des joueurs fantastiques qui peuvent changer le cours d'un match, mais on a eu des occasions", a souligné le portier parisien, Salvatore Sirigu. Le son de cloche était quasiment le même du côté de Blaise Matuidi, qui a cédé sa place en fin de match à Ezequiel Lavezzi. "Il y a eu de bonnes choses. On est déçu mais pas abattu. On a eu des situations", a relevé l'ancien milieu de terrain de Saint-Etienne. De son côté, Zlatan Ibrahimovic s'est montré un peu plus critique au micro d'Infosport+. "Si vous regardez le résultat, vous verrez la différence entre les deux équipes", a ironisé le géant suédois. "Ils ont marqué trois buts et nous un seul. Quand tu joues au Camp Nou, tu dois être content quand tu as autant d’occasions : du coup, tu dois les punir, tu dois marquer des buts. Nous ne l’avons pas fait aujourd’hui."

"On a eu la balle de 2-2." Les situations, les occasions, c'est également ce qu'a retenu (et regretté) l'entraîneur du PSG, Laurent Blanc. "La frustration qu'on a ce (mercredi) soir, c'est qu'on voulait faire ce match-là mais nous avons manqué de performance offensive", a reconnu le technicien cévenol. "Avec nos occasions, on aurait pu marquer. On a eu la balle de 2-2 (par Lucas et Cavani à la 53e minute, ndlr) et il nous a manqué aussi de l'efficacité défensive parce que Barcelone n'a pas été si dangereux que ça." Vrai, le Barça n'a tiré que 12 fois au but (pour 5 tirs cadrés), des chiffres équivalents à ceux du PSG (10 tirs dont 3 cadrés).

"En première mi-temps, l'équipe qui a le plus de situations dangereuses, c'est Paris. Leur premier but est évitable, le deuxième, c'est Neymar qui invente une frappe de 25 mètres. On leur a posé des problèmes, ça n'a pas mal fonctionné", a encore insisté Blanc. Comme son équipe, le coach parisien est désormais fixé vers les huitièmes de finale, que le PSG abordera avec l'inconvénient de recevoir lors du match aller. "C'est un désavantage de terminer deuxième. Tu vas prendre certainement un très gros et le match retour, tu vas te déplacer. Il faut se rendre à l'évidence", a reconnu Blanc. En attendant les grands rendez-vous de février et mars prochain, le PSG a un match à préparer, dimanche, à Guingamp...