Le PSG gère bien son affaire au Pirée

  • A
  • A
Le PSG gère bien son affaire au Pirée
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Sans forcer et sans très bien jouer non plus, le PSG s'est imposé (4-1) au Pirée.

Lavezzi face à l'Olympiakos (930x620)

© MAXPPP

Le geste technique* : Cantonné sur le banc en début de match, Ezequiel Lavezzi s'était fait tout petit. Mais, le Brésilien Lucas victime d'un hématome à la fesse, l'ancien Napolitain a rapidement dû se mettre à l'ouvrage. Entré en jeu à la pause, le ronchon argentin a fait basculer la rencontre sur deux coups de patte. Ce ne fut pas sur ce centre pour Zlatan Ibrahimovic, que le grand Suédois ne put qu'effleurer (67e). Mais bien sur deux corners, bottés à la perfection depuis le côté gauche, le premier à la 68e, le second à la 73e. Les deux fois, Thiago Motta coupa la trajectoire du ballon de la tête pour tromper Roberto Gago. Le corner est bel et bien un geste technique. Pour ceux qui avaient encore quelques doutes, c'est... Thiago Motta qui en apporta la preuve en fin de match en déposant le cuir sur la tête du jeune Brésilien Marquinhos, qui fêta sa première sortie parisienne avec un but. 4-1, le PSG s'est finalement imposé sans difficulté, mais sans beaucoup briller hors des phases arrêtées.

Marquinhos clôt le score pour le PSG :

La pensée du jour : "Il y a eu deux prestations." Le coach du PSG, Laurent Blanc, ne s'est pas voilé la face sur BeIn Sport. Si le PSG s'est imposé avec trois buts d'écarts, il a souffert en première mi-temps, concédant notamment dix tirs, dont deux sur les montants, en raison notamment d'un "problème de positionnement sur le côté gauche" dixit le technicien cévenol (les principales occasions du Pirée sont venues de ce côté, ndlr). "En deuxième mi-temps, ça a été bien meilleur", a-t-il relevé. Auteur de seulement un tir au but (gagnant) durant les 45 premières minutes, le PSG a ensuite tiré au but à 12 reprises en seconde période (contre une fois seulement à son adversaire). Blanc et ses joueurs ont-ils eu le temps de s'inquiéter ? Peut-être pas finalement.

Cavani face à l'Olympiakos (930x620)

© REUTERS

Le caviar : Déjà auteur d'une ouverture décisive pour Blaise Matuidi, vendredi, à Bordeaux (2-0), Zlatan Ibrahimovic a remis ça, mardi, en trouvant Maxwell dans l'intervalle, peu après l'heure de jeu. Le latéral brésilien, repris par un défenseur, décala Edinson Cavani sur sa droite pour l'ouverture du score, contre le cours du jeu. A défaut de marquer, "Zlatan" serait-il devenu un serial passeur ? Comme à Bordeaux, il n'a en tout cas pas été en réussite devant le but, comme l'a souligné jusqu'à la caricature son penalty manqué de la 82e, bien sorti par Gago.

L'action Playstation : Malgré les noms alignés sur la pelouse, ce n'est pas le PSG qui a signé l'action Playstation de la soirée, mais bien Vladimir Weiss. Vladimir qui ? Vladimir Weiss, transféré cet été du club italien de Pescara à l'Olympiakos Le Pirée. Dès la 1re minute, il s'était fait remarquer par une frappe sur la barre transversale. Mais ce n'était rien à côté de son chef-d’œuvre de la 23e. Après avoir pris le dessus sur Maxwell, il réalisa un petit pont sur Marquinhos avant d'effacer Thiago Silva d'un double contact pied droit-pied gauche. Désormais face à Salvatore Sirigu, il réussit à tirer victorieusement malgré le retour de Grégory van der Wiel. Bref, en une action, le jeune attaquant slovaque, âgé de 23 ans, a passé en revue toute la défense du PSG. Génial.

Weiss égalise pour l'Olympiakos :



Le tifo :Dernier club grec à tenir son rang dans le haut du panier européen, l'Olympiakos peut également compter sur des supporters fidèles. Pour la venue événement du PSG et de ses stars, les supporters des Rouge et Blanc avaient réalisé un splendide tifo.

Tifo avec l'Olympiakos (930x620)

© Capture d'écran BeIn Sport

Celui qui n'est pas resté chez lui : Il n'avait pas encore porté le maillot du PSG cette saison : Jérémy Ménez a fait son entrée en jeu pour le temps supplémentaire. Symbolique, cette première pour l'ancien Romain doit être prise pour ce qu'elle est : oui, Blanc compte bien utiliser toutes ses ressources dans sa quête européenne.

>> Voir la "bible" d'Europe1.fr en short