Le PSG fait-il un beau champion ?

  • A
  • A
Le PSG fait-il un beau champion ?
@ REUTERS
Partagez sur :

LA POLEMIQUE - Le titre du PSG est indiscutable. Mais il n'enthousiasme pas tout le monde.

En s'imposant dimanche soir à Lyon (1-0), le PSG s'est assuré de la conquête d'un troisième titre de champion de France, après ceux de 1986 et 1994. Il s'agit également du premier trophée du PSG version Qatar, ce qui lui confère un goût d'inédit mais pas d'inattendu. Que retenir de ce titre et et-ce que le PSG fait un beau champion ? La question fait débat jusque dans la rédaction d'Europe 1...

OUI : "l'un des champions les mieux sacrés depuis longtemps"

Nicolas ROUYER, de la rédaction d'Europe1.fr

Parisiens fêtant le titre (930x620)

© REUTERS

"Meilleure attaque, meilleure défense, meilleure équipe à domicile, meilleure équipe à l'extérieur, sept points d'avance sur son dauphin, 14 sur le troisième : le PSG est l'un des champions de France les mieux sacrés depuis des années. Que faut-il de plus pour convaincre les sceptiques ? Du beau jeu ? Le PSG en a distillé cette saison, au compte-gouttes peut-être, mais qui n'a pas été enthousiasmé par les performances à Bastia, Valenciennes ou Toulouse (victoire 4-0 à chaque fois) ? Dans les grands rendez-vous, contre ses trois poursuivants immédiats (Marseille, Lyon et Lille), le PSG a toujours répondu présent, avec un bilan de 5 victoires et 1 nul. Et si, effectivement, le jeu collectif n'a pas toujours été chatoyant, comment oublier les personnalités qui ont permis au PSG de triompher ? Avec 27 buts à date, Zlatan Ibrahimovic a déjà marqué l'histoire de notre championnat, par sa réussite d'abord mais aussi par son charisme. Et que dire également de Thiago Silva, l'un des plus grands défenseurs à avoir jamais joué en France. Alors, plutôt que de faire la fine bouche, réjouissons-nous plutôt de compter dans l'Hexagone de tels talents aujourd'hui sacrés champions."

"Un sacre qui manche de panache"

Jean-Charles BANOUN, chef du service des sports d'Europe 1

Thiago Motta face à Lyon (930x620)

© REUTERS

"Non, le Paris Saint-Germain ne fait pas un beau champion. D’abord parce que son sacre manque de panache. Il a été obtenu dans la nervosité toute la saison et sur le fil, avec des victoires 1-0 à Lyon ou à Annecy, contre Evian Thonon-Gaillard. On est en droit d’attendre plus d’une équipe qui aligne autant d’individualités, de talents, mais qui a passé le plus souvent son temps, cette saison, à jouer en contre-attaque y compris à domicile.  Quand on regarde les autres champions à l’étranger, on est aussi frappé par la différence qui existe entre les écarts creusés très tôt cette saison par le Bayern en Allemagne, le Barça en Espagne, la Juve en Italie ou Manchester United en Angleterre  et celui que le PSG aura à l’arrivée sur  une équipe comme l’OM  qui ne peut pas actuellement rivaliser avec les moyens financiers du PSG. Certes, Paris a réalisé un beau parcours en Ligue des champions (quarts de finale) mais il a trop souvent "snobé" ses adversaires en Ligue 1 en se contentant le plus souvent du minimum. A l’arrivée, cela donne donc un champion "a minima"."
Nasser Al-Khelaïfi (930x620)

© REUTERS

Cette question, vous êtes déjà nombreux à y avoir répondu sur la page Facebook d'Europe 1. La plupart d'entre vous soulignent l'apport financier considérable des propriétaires qatariens. Et la certaine logique qui en découle : "A coup de millions, rien n'est impossible", juge ainsi Jörgen. "Objectivement, ce titre est largement mérité, au vu de la qualité de l'effectif et aux gros moyens financiers déployés par le Qatar", souligne de son côté Johan. "Maintenant, justement, et au vu de ses moyens, on peut affirmer que c'est quand même laborieux d'être sacré à deux journées de la fin seulement." Certains s'étonnent néanmoins du flot de critiques que le PSG déclenche, notamment concernant son budget. "En France, on pleurniche quand les équipes étrangères gagnent en disant qu'on n'a pas les mêmes moyens financiers et quand une équipe française les a, on la dénigre en disant que c'est trop facile avec de l'argent !", insiste Christophe. "Les grandes équipes européennes ne se construisent pas avec de beaux rêves et de beaux discours !" Et pourtant, le slogan du PSG dit : "rêvons plus grand"...