Le PSG énervé, Beckham voit rouge

  • A
  • A
Le PSG énervé, Beckham voit rouge
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - Le PSG s'est imposé 1-0 à Evian-TG. Mais Verratti et Beckham ont été exclus.

Sakho face à ETG (930x620)

© MAXPPP

Visiblement, le quart de finale de Coupe de France perdu par le PSG la semaine dernière, à Annecy, face à Evian Thonon-Gaillard (1-1, 4-1 aux tab), avait laissé des traces. Et un fort sentiment de revanche chez les Parisiens. Au coup de sifflet final, une fois la victoire (1-0) acquise, Blaise Matuidi s'est ainsi dirigé vers le banc des Savoyards avec la rage au ventre et les bras levés. La situation s'est alors envenimée et une gigantesque échauffourée a éclaté entre les joueurs des deux équipes, avec quelques animateurs (Khlifa, Sirigu, Sakho) et quelques joueurs qui ont joué les pacificateurs, comme Sylvain Armand.

L'après-match fut houleux à Annecy :

"Je déteste les fins de match houleuses, ce n'est pas du foot", a regretté le coach de l'ETG, Pascal Dupraz. "(A propos de Matuidi) C'est un international, pas la peine d'exciter tout le monde. Un peu de mesure, quand même." Après plusieurs minutes de confusion totale, l'arbitre de la rencontre, Olivier Thual, a rappelé deux joueurs sur la pelouse, Khlifa et Sirigu, pour les avertir. Seul Khlifa est venu et a récolté un rouge pour avoir mis sa main dans le visage de Matuidi. De son côté, Sirigu, resté aux vestiaires sur les conseils de son équipe, a échappé temporairement à un carton, vraisemblablement rouge. Le club d'Evian s'en est plaint auprès du corps arbitral. En effet, Khlifa ayant pris son carton rouge sur le terrain, il sera automatiquement suspendu le week-end prochain. ce qui ne sera sans doute pas le cas de Sirigu, puisque les décisions de la commission de discipline s'appliquent à partir du lundi suivant...

Carlo Ancelotti avec Verratti (930x465)

© MAXPPP

Beckham exclu face à ETG (930x620)

© MAXPPP

Le match a totalement changé de physionomie dans les dix dernières minutes quand Marco Verratti a été exclu par l'arbitre de la rencontre pour un deuxième carton jaune. Ce qui a valu au fougueux Italien de sévères remontrances de la part de son entraîneur... Puis, dans le temps supplémentaire, c'est David Beckham, entré en jeu moins de dix minutes pus tard, qui a été exclu pour un geste dangereux sur Youssef Adnane.

Beckham est exclu pour un geste dangereux :



Même si l'Anglais, bien remonté sur ses premiers ballons, ne touche pas le joueur de l'ETG, il y va avec le pied fort décollé du sol dans une action qui rappelle étrangement celle qui avait valu à Zlatan Ibrahimovic d'être exclu en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions, à Valence. "C'était un match un petit peu énervé, surtout à la fin", a convenu au micro d'Infosport+ Carlo Ancelotti, dont l'adjoint, Giovanni Mauri, a également été exclu. "L'arbitre a sorti beaucoup de cartons rouges. En première mi-temps, il a sifflé beaucoup, notamment contre Thiago Silva. Mais, ce n'est pas normal, le match, on peut le boucler avant, ensuite Verratti a pris rouge, nous avons mal géré la fin de match."

Le PSG tout près du titre

Oui, car avant cette échauffourée, il y a bien eu un match que Paris a joué au petit trot en première période avant d'accélérer en seconde. Javier Pastore a inscrit le seul but de la rencontre d'une belle frappe enveloppée après un service en retrait de Christophe Jallet (50e). Puis, en deux minutes, aux 62e et 63e, le PSG a manqué deux énormes occasions, par Ibrahimovic d'abord, qui a n'a pas trouvé le cadre à un mètre du but, puis par Lavezzi, qui a tiré sur Cédric Mongongu après avoir pourtant effacé le gardien Bertrand Laquait.

Ces deux occasions manquées ont sans aucun doute tendu les Parisiens, ce qui explique cette fin de match électrique. Mais au-delà des cartons rouges et de la bagarre finale, il ne faut pas oublier l'essentiel. En s’imposant dimanche, le PSG a fait un pas de géant vers le troisième titre de champion de France de son histoire. En effet, grâce à ce succès, son cinquième de rang en Ligue 1, le club de la capitale conserve son matelas de neuf points d'avance sur son dauphin, Marseille, à quatre journées de la fin du championnat.  En fonction du résultat de l'OM, samedi (17h00), contre Bastia, le PSG pourrait être officiellement sacré dimanche prochain, à l'occasion de la réception de Valenciennes.