Le PSG bien placé pour les quarts

  • A
  • A
Le PSG bien placé pour les quarts
@ REUTERS
Partagez sur :

VIDÉO - Le PSG s'est imposé (2-1) à Valence, en 8e de finale aller de la Ligue des champions.

L'Info. Les Parisiens ont réalisé un très bon match, mercredi soir face à Valence en huitième de finale aller de la Ligue des champions. Les hommes de Carlo Ancelotti se sont imposés (2-1) à Mestalla et sont bien placés pour se qualifier pour les quarts de finale. Mais en encaissant un but dans les dernières minutes et en perdant Zlatan Ibrahimovic (exclu pour un mauvais geste), le PSG devra quand même se méfier dans trois semaines, au Parc des Princes.

Celui qui a bien mérité sa douche : Lavezzi. L'Argentin a eu quelques mois un peu délicats à son arrivée dans le club de la capitale. Mais plus les semaines passent et plus il impressionne. Mercredi soir face à Valence, il a absolument tout fait. Des accélérations ravageuses, des débordements décisifs, un repli défensif impeccable et... et un but. Après un une-deux très bien senti avec Javier Pastore, l'ancien joueur de Naples crochète un défenseur et décoche une frappe croisée parfaite. 

Ezequiel Lavezzi ouvre le score à la 9e minute :

Lucas, la grosse impression. Touché à la cheville, le Brésilien Lucas Moura a dû laisser sa place à Clément Chantômeà la 52e minute. Mais le jeune prodige du PSG a eu 45 minutes pour montrer toutes ses qualités. Des pointes de vitesse hallucinantes et des dribbles sans fioriture. Sur son couloir droit, la nouvelle pépite parisienne aura été décisive. Comme à la 42e minute : un débordement, un crochet et un caviar pour Javier Pastore. Du grand football.

Javier Pastore tranfsorme le caviar de Lucas Moura :

Adil Rami donne de l'espoir à Valence. En marquant dans les dernières minutes de la rencontre, Adil Rami entretient un peu l'espoir pour Valence. Sur un ultime corner de Costa, le défenseur français a été complètement oublié par l'arrière-garde parisienne. Ce petit but pourrait coûter cher aux Parisiens et il faudra vraiment redoubler d'attention, dans trois semaines au Parc des Princes.

Celui qui aurait pu rester chez lui : Ibrahimovic. Carlo Ancelotti était furieux après la rencontre. "L'exclusion de Zlatan Ibrahimovic à la 92e minute n'est pas du tout méritée", a regretté l'entraîneur parisien au micro de Canal +. Reste ce mauvais geste, une vilaine semelle sur Guardado. Un geste totalement inutile qui pourrait handicaper ses partenaires pour le match retour. Un geste qui vient ponctuer un match totalement plat pour le Suédois. Sans inspiration devant le but, il a manqué à plusieurs reprises de faire la différence.